In this city-building strategy game, you control a group of exiled travelers who decide to restart their lives in a new land. They have only the clothes on their backs and a cart filled with supplies from their homeland. The townspeople of Banished are your primary resource.
Évaluations des utilisateurs : Très positive (15,081 évaluation(s))
Date de parution: 18 fév 2014

Connectez-vous pour ajouter cet article à votre liste de souhaits, le suivre, ou indiquer que vous n'êtes pas intéressé

Acheter Banished

 

Recommandé par les curateurs

"A Pretty Good City Builder, its a bunch of good fun but is a little bare bones atm, however that might change in a few updates but its still really fun"

À propos de ce jeu

In this city-building strategy game, you control a group of exiled travelers who decide to restart their lives in a new land. They have only the clothes on their backs and a cart filled with supplies from their homeland.

The townspeople of Banished are your primary resource. They are born, grow older, work, have children of their own, and eventually die. Keeping them healthy, happy, and well-fed are essential to making your town grow. Building new homes is not enough—there must be enough people to move in and have families of their own.

Banished has no skill trees. Any structure can be built at any time, provided that your people have collected the resources to do so. There is no money. Instead, your hard-earned resources can be bartered away with the arrival of trade vessels. These merchants are the key to adding livestock and annual crops to the townspeople’s diet; however, their lengthy trade route comes with the risk of bringing illnesses from abroad.

There are twenty different occupations that the people in the city can perform from farming, hunting, and blacksmithing, to mining, teaching, and healing. No single strategy will succeed for every town. Some resources may be more scarce from one map to the next. The player can choose to replant forests, mine for iron, and quarry for rock, but all these choices require setting aside space into which you cannot expand.

The success or failure of a town depends on the appropriate management of risks and resources.

Configuration requise

    Minimum:
    • OS: Win XP SP3 / Vista / Windows 7 / Windows 8
    • Processor: 2 GHz Intel Dual Core processor
    • Memory: 512 MB RAM
    • Graphics: 512 MB DirectX 9.0c compatible card (shader model 2)
    • DirectX: Version 9.0c
    • Hard Drive: 250 MB available space
    • Sound Card: Any
    Recommended:
    • OS: Windows 7 / Windows 8
    • Processor: Intel Core i5 processor (or greater)
    • Memory: 512 MB RAM
    • Graphics: 512 MB DirectX 10 compatible card
    • DirectX: Version 11
    • Hard Drive: 250 MB available space
    • Sound Card: Any
Évaluations intéressantes des utilisateurs
145 personne(s) sur 149 (97%) ont trouvé cette évaluation utile
1 personne a trouvé cette évaluation amusante
28.2 heures en tout
Posté le : 1 mars
Je ne sais pas pourquoi les quelques gars que vous allez diriger ont été bannis, mais une chose est sûre vous allez vous sentir comme l'Epouvantail de Darkknight Rises en voyant ce que donne la seconde option de "la mort ou l'exil ?"

Banished est un peu difficile à promouvoir parce que son intérêt le plus savoureux réside précisément dans la découverte du jeu. Mais en gros, vous allez évoluer dans un genre qui vous met tout le matériel d'escalade en mains, qui vous montre la montagne et qui vous dit "démerde-toi". Enfin pas tout à fait, il y a un didacticiel. Mais ça ne vous sauvera pas sur le long terme ça ça vous dira juste comment enfiler votre équipement d'alpiniste. Et vous allez en faire des chutes, mais elles vous apprendront la rythmique du jeu et comment pallier à votre faille lors de la prochaine partie, qui ne ressemblera pas à la précédente vu que les cartes sont générées aléatoirement. En fait Banished serait un horrible jeu s'il n'était pas si bien fait.

Les musiques, l'ambiance, le côté spectateur même apportent une sorte d'harmonie qui, pour peu que vous accrochiez au genre, va vous donner plaisir à observer les quelques humains remplir les tâches que vous leur confiez mais sans les diriger directement. Ils sont des pnjs (personnages non-joueurs) émancipés et ne voudront pas que vous peur preniez littéralement la tête pour les placer où vous voulez. Comme le dirait Clerval dans Frankeinstein "Mais tu n'es pas Dieu Victor!" Sacré Clerval. Et vous n'êtes pas non plus Empereur ni Monarque de drotis divins vu que vous n'avez pas le droit d'exécuter vos gens. Mais que fait donc Penultimo ? En fait, aucun conflit n'existe dans Banished. Pas plus que l'argent, c'est beau. Et vos bannis ont dû l'être pour trop bonne conduite et rejet de l'hégémonie du grand capital parce que même si eux et leurs enfants crèvent de faim et de froid parce que le voisin a chipé les dernières bûches de bois et patates, il ne va ni sonner à sa porte pour essayer la tactique kinder bueno du "on partage?", ni fracasser sa fenêtre la nuit pour lui piquer tout son matos et pisser dans ses pantoufles. Il va mourir noblement, laissant la maison aux soins de son nourrisson. Ah, l'alignement loyal bon....

Les ennemis sont la mort, vos erreurs de gestion et.....votre ennui de joueur si le jeu vous lasse car autant être franc, se retaper des parties dans une épopée non-épique à époque et évolutions figées, ça peut en refroidir certains. J'ai même hésité à recommander le jeu à cause de ça mais oui je vous le recommande quand même. Sa difficulté va vous prendre du temps pour l'assimiler et sitôt fait vous aurez des mods à ajouter pour obtenir des bâtiments, denrées et mécaniques supplémentaires. Vous aurez même un mod version française si les quelques termes anglais vous font vraiment galérer. Au fond le seul gros reproche que je fais à Banished, c'est son manque de multi. Et je suis plutôt cool envers ce critère vu qu'en plus je ne suis pas particulièrement un fan ne jurant que par les jeux en multi mais là ça aurait vraiment apporté un truc précisément parce que Banished ne mise pas sur le conflit. Un système de troc aurait été sympa, d'autant qu'on peut très bien survivre sans (selon les paramètres de votre partie s'entend) ce sont juste des aides et de bons moyens d'enrichir votre panel d'agriculture ou d'élevage, et donc des produits que les nouvelles récoltes permettent.

Je vous parlais de la montagne à escalader, en fait arrivé au sommet vous constaterez qu'il ne vous restera plus qu'à en gravir d'autres. Chaque vie sera importante chez vos citoyens et vous pourrez les mettre à mal en paramétrant leur équipement de base mais aussi le type de terrain (deux choix seulement cela dit) et les catastrophes naturelles. Si vous avez besoin d'objectifs, de customisations de bâtiments ou d'une évolution technologique pour débloquer l'horloge parlante et la parc-mètre automatique sans lesquels il n'est de bonheur possible, ben ne prenez pas Banished. Si par contre vous êtes un joueur serein que le calme ne dérange pas et que vous vous sentez prêt à kiffer la mise en place de routes en pierre au détriment total de la difficulté d'en obtenir, mais qu'à cela ne tienne, vous aimez les routes pavées et voir vos habitants frigorifier les emprunter vous comble de joie, ben allez-y. De toute façon comme il n'y a rien à gagner à Banished il n'y a rien à perdre. Enfin, guettez une promo. Pour moi ce jeu vaut plutôt 10 euros, 15 si vraiment on veut se river sur ses bons côtés et son bonus moddable. Mais 19 euros, un peu cher pour un jeu indépendant techniquement si simple et aux graphismes sympathiques mais sans éblouissement.

Je suis donc ravi que ce jeu existe, je suis ravi d'y jouer, mais je ne vous le recommande pas les yeux fermés soyez un minimum sûrs que ce style vous convient. Et si c'est le cas, bon jeu à vous.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
2,788 personne(s) sur 2,843 (98%) ont trouvé cette évaluation utile
3 personnes ont trouvé cette évaluation amusante
18.5 heures en tout
Posté le : 1 mars
Was doing great. The little town of Aviono, 20k food, 78 adults, around 12 children, and 15 years in. When the 16th year came around, it all went to hell. A fire started, burning one of the three storage barns stocked with food. I tried to get my little people to fight the fire with the wells nearby. They failed miserably and the other two barns caught fire, (this is about the time I realized putting all my food storages close together was a mistake). The fire started to spread to the wooden houses nearby, so I paused the game and looked up how to fight the damn fire. I figured out prioritizing the fire would help, so I did it and it did the trick. After the fire was put out, I checked out the damage. All my food gone and 5-6 houses destroyed. I knew my first priority should be to get my food back up to support my ever growing population of little people. This is where I realised I had made another mistake. Over 70% of my food was coming from potato farms, and guess what? All of my farms were right next to each other and an infestation started. Farm after farm were getting infected and loosing crops and I had no idea how to stop it. (I'm not one to go back and load and earlier save) So I paused it and looked it up, I couldn't find out how to stop it this time and I let it run it's course. Now the starvation began, and the graveyard began to fill up with little people's grave stones. It was too late to plant crops to get enough food to feed them all, so I basically gave up and watched everyone die a horrible death. I closed my eyes, mourning the loss of the little people that I had led around for so long. Then...I opened my eyes. I had three people still living! One 19 year old male and one 22 year old mother with her 6 year old male child. I had another chance to fix the broken city and save Aviono. This female was my last hope, unless I could get her with a female child, all was lost. So I set them to work tearing down the now unoccupied houses of the original Aviono, since I was almost completely out of materials. I got them to live close to eachother and waited paitently untill....success! A female child was born. Life was good again. I set my new couple to tearing down everything not needed for materials and the future growth or Aviono. In the end, I had two stone houses, one of every type of resource production buildings, a town hall, and a cemetery (to remind me of the past mistakes). I got my population back up to 16 little people, and I sat back and sighed with relief. I had saved a town.


Then I realised that the new towns folk were all inbred children from the three survivors....
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
4 personne(s) sur 4 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
24.3 heures en tout
Posté le : 23 février
Superbe ! Très addictif une fois qu'on commence. Assez joli et un brin difficile. Le workshop est là pour vous aider.
Ce jeu à tout pour plaire.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
4 personne(s) sur 4 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
26.0 heures en tout
Posté le : 3 mai
Excellent jeu !
Je le conseille aux joueurs voulant allier Survival et City Builder !!
Un jeu très difficile qui permettra de chercher pendant des heures la bonne strategie à adopter ! :-)
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
2 personne(s) sur 2 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
65.0 heures en tout
Posté le : 1 février
Apaisant et interessant, très agreable à jouer. Un gameplay bien ficellé de gestion des ressources et de la démographie, il faut quelques essais avant de prendre le coup, tout peut s'effondrer en un instant.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante