À la une
Jeux
Logiciels Démos ACTUALITÉS Recommandations
War Thunder est un jeu de combat MMO dédié à l'aviation militaire, les véhicules blindés et les flottes de la Seconde Guerre Mondiale. Vous prendrez part dans toutes les batailles majeures, combattant des joueurs réels du monde entier.
Date de parution: 15 août 2013
Regarder les 3 vidéos

Jouer à War Thunder

Free to Play

Acheter War Thunder - Steam Pack

Le Pack Steam pour War Thunder inclut des avions premium, deux campagnes solo, un mois de bonus premium, et 1700 Golden Eagles!

Mises à jour récentes Tout voir (485)

[Duels] T-28 versus Pz.Kpfw. IV Ausf. F1

29 août 2014

From 16.00 GMT on August 29th to 02.00 GMT on September 1st
+30% RP gain for T-28 and Pz.Kpfw. IV Ausf. F1

Earn up to 200.000 Silver Lions for performing these special tasks:

Destroy 75 player-controlled enemy ground vehicles while driving the Pz.Kpfw.IV Ausf. F1

Destroy 75 player-controlled enemy ground vehicles while driving the T-28

T-28

In the second half of the 1920’s the Soviet Union began to develop and eventually introduce the theory of the so-called ‘Deep Battle’ as the main doctrine of war. A feature of this doctrine was the idea of ​​maneuvering in large formations of highly mobile forces, centered around the heavily armoured forces at the core. Within this paradigm, in 1929, the Revolutionary Military Council of the USSR adopted a new command system for motorized forces of the Red Army. According to the plans of the system and the theory of ‘Deep Battles’, it was supposed to equip the armoured forces with two types of vehicles: heavy tanks capable of breaking through enemy defensive lines, and lighter tanks to develop this initial tactical success.

The first type of tanks in the Soviet Union that were designed to support infantry and overcome defensive positions on the battlefield, were the T-28 and the T-35.

The medium multi-turreted T-28 begun development in 1931 at the Experimental Design Mechanical Department (OKMO) machine-building plant "Bolshevik" in Leningrad. The lead designer of the vehicle was Nickolay Valentinovich Zeitz.

One of the main features of this three-turreted tank was the use of an electric drive for the horizontal traverse of the main turret. The prototype, at a weight of 18 tons, brought reasonable maneuverability and was armed with a 45-mm main gun as well as three machine-guns. However, due to the heavy workload of the production plant "Bolshevik", the T-28 with all of its documentation was transferred over to the "Krasny Putilovets" factory, which was later renamed as the "Kirov Plant". The Design Bureau had taken steps to improve the combat capabilities of the T-28, with engineers from Putilovets changing the shape of the turret and mounting a new cannon, the 76.2 mm L-10. Additional changes were made regarding the chassis and transmission compartment, with the weight of the tank increasing significantly - in some versions, e.g. the shielded T-28E, up to 32 tons. As of 1940, about 500 tanks had been produced.

At the beginning of the war, the T-28 was already hopelessly outdated, although the main armament still was sufficient against all tanks of the German Wehrmacht. The main losses of T-28 were due to the air superiority of the Luftwaffe and its dive bombers, as well as the German 88 mm anti-aircraft gun, capable of destroying any tank of the Red Army.

Pz.Kpfw. IV Ausf. F1

The Pz.Kpfw. IV Ausf. F1 is a modification of Germanys mass-produced Panzerkampfwagen IV, or Sd.Kfz. 161, which was in production between 1937 and 1945, with a total of 8519 vehicles created. Despite being less-well known than famous German war machines like the Tiger or Panther, the Pz.Kpfw. IV was the most important German armoured fighting vehicle in the second part of the war. It’s chassis was also used as a basis for many other German vehicles.

As a medium infantry support tank, the Pz.Kpfw. IV Ausf. F1 was - compared to earlier modifications - equipped with slightly thicker overall armour, which was now as follows: up to 50 mm on the upper frontal hull and frontal turret and up to 30 mm on the turret and hull sides. That way, it offered increased protection against Soviet light tanks and gun positions and increased the vehicles effectiveness when breaching enemy fortified infantry positions.

Main features of this modification besides the increase in armour were the replacement of the single hatch on each side of the turret with a double hatch, as well as an increase in track width from 360 mm to 400 mm. The increased track width was necessary due to the increase in weight to now 22.3 tons.

This type of tank was manufactured by the companies “Krupp”, "VOMAG" and "Nibelungenwerke". The tank was equipped with a 12-cylinder «Maybach HL 120TR» petrol engine with 300 HP, allowing a maximum speed of 42 kph at an operational range of 320 km.

The Pz.Kpfw. IV Ausf. F1 was armed with a 75 mm short-barreled Kw.K. 37 L/24, achieving a muzzle velocity of 385 m/s with armour-piercing projectiles. Most shells of this gun were incapable of penetrating the majority of British and American tanks, not to mention the Soviet T-34 and KV.

Production of the Pz.Kpfw. IV Ausf. F1 was carried out from April 1941 to March 1942, with 462 vehicles produced in total, of which 25 were later upgraded to the long-barreled Pz.Kpfw. IV Ausf F2. In addition to its main gun, the tank was armed with two 7.92 mm MG34 machine guns.

Between 1941 and 1944, the Pz.Kpfw. IV Ausf. F1 participated in battles on the entirety of the Eastern Front. Tanks of this type were assigned to units of the 2nd and 5th Panzer Divisions.


The War Thunder Team

1 commentaires Lire la suite

Ugly Ducklings – The Vought OS2U Kingfisher

29 août 2014

Fighters such as the Spitfire, Bf 109 and A6M Zero have become immortal in the annals of aviation history. Bombers such as the B-17, Lancaster and Junkers Ju 88 are likewise remembered as pioneering designs and amongst the best of their role. But what the other designs? Aircraft which those with only a passing interest in aviation might never have even heard of, who carried out less glamourous but equally dangerous roles away from the spotlight occupied by more exciting and beautiful aircraft. War Thunder’s new ‘Ugly Duckling’ series will take a look at some of these aircraft, often cumbersome in appearance, limited in production run or carrying out roles little understood outside of aviation circles.

We will start with an aircraft which may not have possessed the glamour of the Corsair or the battle honours of the Dauntless. But, to hundreds of downed US Navy aircrew, countless merchant sailors who formed the lifelines of the allied war effort and thousands of US Marines who depended on accurate naval gunfire support as they pushed inland, this aircraft was even more of a welcome sight: the Kingfisher.

Designed as a replacement for the Vought O3U Corsair biplane, the OS2U Kingfisher was the US Navy’s first monoplane observation aircraft with the capability to be catapult launched from capital ships. It was also available as a more conventional landplane variant, with wheels replacing its floats. The type entered service in 1940, with the first aircraft being delivered to 32,600 ton battleship USS Colorado. Powered by a single 450 HP radial engine, the Kingfisher was capable of reaching speeds in excess of 160 mph and flying at heights up to 13,000 feet with a range of some 800 miles. Over the next two years, over 1500 Kingfishers were manufactured by Vought-Sikorsky in several different variants. So what was its actual job? The Kingfisher carried out many vital roles:

The eyes and ears of a fleet of warships are limited at best, particularly when seaborne radar is a rarity and, any vessels fortunate enough to be equipped with radar will be primitive at best in the early 1940s. This is where the observation aircraft is imperative. Even without the massive air support of a carrier, a battleship could catapult launch a Kingfisher seaplane. The aircraft could then patrol the surrounding seas for hundreds of miles for hours at a time. Depending on the threat, the Kingfisher might be looking for anything as huge as an enemy fleet or as small and deadly as a single enemy submarine. In the case of the latter, the Kingfisher had teeth of its own: even with its limited payload, Kingfishers assisted in the sinking of U-Boats U-576 and U-176.

Simply finding a target or enemy fleet was of immense use to the bridge crew of a warship, but the Kingfisher could do more. Once an enemy fleet was identified it was almost inevitable that an engagement would take place – even in the 1940s, naval guns were well capable of firing shells in excess of 20 miles. The Kingfisher, rocked and buffeted by AA fire from enemy ships, could fly over an enemy fleet and report directly back to the bridge crew of any warship within its own fleet, giving real time feedback of the accuracy of fall of shot and corrections to bring the tremendous firepower onto a target. Furthermore, the importance of naval gunfire did not stop with engaging other vessels: carrying some of the largest guns in the entire world on a mobile platform, battleships and their smaller brethren were the ultimate fire support during an amphibious assault. As US Marines fought their way from beachheads all across the Pacific theatre, the guns of the fleet were often there to eliminate concentrations of enemy troops and heavy defensive positions. Again, the Kingfisher was ideally placed to ensure this supporting fire was accurately and efficiently delivered.

To those it assisted, perhaps the role the Kingfisher is most affectionately remembered for is that of search and rescue. Even in peacetime, flying was and still is a hazardous occupation. During times of hostilities, before enemy action is even considered as a factor, accident rates in aviation increase considerably due to human error from increased pressure and the tendency to operate in more hostile environments and meteorological conditions for longer periods of time. It is often little appreciated just how many aircraft are lost during wartime due to weather, mechanical error or human error, and this is before a single shot has been fired by the enemy.

Whatever the reason, be it in terrible weather where nobody else will fly or in the face of the enemy against aircraft with a huge performance advantage, the Kingfisher was representative of the elite cadre of aircrew who risked all to try to save their comrades who had already fallen. One famous example of this occurred in November 1942; World War One flying ace Eddie Rickenbacker and his crew had survived the ditching of a B-17 in the Pacific and had been adrift for days in their life rafts. A Kingfisher eventually found the crew and managed to rescue five of the eight man crew. The next day the Kingfisher returned to rescue Rickenbacker and the other two remaining crewmen. Given the conditions and the loads involved, the Kingfisher did not possess the performance margin to take off and so water taxied 40 miles to the nearest point of land. In April 1944 the crew of a Kingfisher were able to transport 10 downed US airmen from Truk Lagoon to the submarine USS Tang.

The Kingfisher also saw widespread export success, with 100 being operated by the Royal Navy’s Fleet Air Arm, as well as orders to Australia, the Netherlands, Mexico, Chile, Argentina, Uruguay and the Dominican Republic.

In War Thunder, the Kingfisher can currently only be used in a very minor role compared to its importance some seventy years ago. It is easy to dismiss the aircraft; it stood no chance against a Bf 109 or A6M Zero. But, this was not its role. A Bf 109 could not launch from a light cruiser, patrol a convoy route for several hours, attack submarines with depth charges, correct naval gunfire support to troops advancing across islands in the Pacific or rescue downed airmen. Next time you click past the Kingfisher on your menu screen, spare a thought for the bravery of the airmen who risked everything in the worst weather imaginable to help their fallen comrades, or braved the fire of the enemy without a squadron of sleek, modern eight gun fighters to even the odds.

3 commentaires Lire la suite

Articles

"Il est extrêmement facile de se prendre à War Thunder"
Rock, Paper, Shotgun

"La manière la plus instructive sur l'Histoire de détruire des avions"
GameSpot

"Avec du fun, des combats prenants combinés à une flopée de customisations et de la place pour le talent individuel, ce jeu est certain d'être un favori des fans."
http://www.mmorpg.com/gamelist.cfm/game/623/view/reviews/loadReview/266/Gaijin-Strikes-Gold.html

À propos du jeu

War Thunder est un jeu de combat MMO dédié à l'aviation militaire, les véhicules blindés et les flottes de la Seconde Guerre Mondiale. Vous prendrez part dans toutes les batailles majeures, combattant des joueurs réels du monde entier.

War Thunder offre une experience de vol hautement détaillée et personnalisable, donnant aux joueurs accès à des centaines de modèles d'avions avec des cockpit détaillés, des dizaines d'armes améliorables, et des compétences de pilotages qui peuvent être solicitées et améliorées avec chaque mission. Grâce à l'attention minutieuse du jeu au détail, vous vous sentirez vraiment comme un pilote de chasse de la Seconde Guerre mondiale au moment de plonger dans la bataille.

L'expérience de la Seconde Guerre Mondiale n'est pas limitée aux cieux. Les imposantes batailles historiques de War Thunder ne peuvent être menées par l'aviation seule, alors le jeu exposera aussi les joueurs au combats terrestres et navaux. Le jeu est actuellement en Beta ouverte, et certaines fonctionnalités sont à venir.

Les caractéristiques comprennent


  • Une expérience Joueurs-contre-joueurs variée au cours de missions de combat à grande échelle
  • De multiple paramétrages qui permettent aux pilotes virtuels expérimentés comme aux débutant de prendre plaisir au jeu ensemble
  • Un riche contenu Joueur-contre-l'environnement: campagnes dynamiques, missions solo, editeur de mission, et bien plus encore pour le jeu solo et coopératif
  • Une impressionante diversité incluant des modèles détailles des avions et de leurs cockpits, ainsi que des tanks et des navires
  • Des graphismes ahurissants, des effets sonores authentiques, et une superbe musique

Configuration requise (PC)

    Minimum:
    • OS: Windows XP SP2, Windows Vista SP1, Windows 7, Windows 8
    • Processor: 2,2 GHz
    • Memory: 1 GB RAM
    • Graphics: Nvidia GeForce série 7XXX ou plus élevée; AMD Radeon série 1XXX ou plus élevée
    • DirectX: Version 9.0c
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 8 GB available space
    Recommended:
    • OS: Windows 7
    • Processor: Dual-core 2,4 GHz
    • Memory: 4 GB RAM
    • Graphics: Nvidia GeForce 460 ou plus élevée
    • DirectX: Version 9.0c
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 8 GB available space

Configuration requise (MAC)

    Minimum:
    • OS: 10.9 Mavericks
    • Processor: Intel Core i7
    • Memory: 4 GB RAM
    • Graphics: AMD/Nvidia/Intel HD 4000
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 8 GB available space
    Recommended:
    • OS: 10.9.2 Mavericks
    • Processor: Intel Core i7
    • Memory: 8 GB RAM
    • Graphics: AMD/Nvidia
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 8 GB available space
Évaluations intéressantes des utilisateurs
25 personne(s) sur 27 (93%) ont trouvé cette évaluation utile
27 produits enregistrés
5 évaluations
131.6 heures en tout
War Thunder un jeu d'avion à mi chemin entre arcade et simulation traitant de la 2nd guerre mondial à la guerre de Corée
War Thunder à encore de beau jour devant lui malgré la sortie de WOP (World of warplane) ayant très peu jouer sur ce dernier je ne pourrai faire une longue comparaison nous allons commencer par les points forts

+ Graphisme excellent pour un free2play c'est au dessus de la moyenne du genre
+ Optimisation du moteur du jeu est lui aussi excellent en ultra low je suis a 60 fps constant alors que sur WOP and cie je ne dépasse rarement les 15 fps en ultra low
+ Variété de map d'europe jusqu'au pacifique
+ Arbre technologique pour les avions fournies
+ le cross-play entre tank et avions grâce à la sorties de Gound Force on peut jouer sur une même partie avions et tank ce qui est franchement génial
+ 3 modes de jeu qui influe sur le type de maniement (Arcade ben c'est Arcade Historique à mi chemin entre Arcade et simu et Réaliste simulation pure et dure)

Et maintenant les point faibles

- Faction prédominantes les russes en bataille vous ne verrez que des avions russe la raison ? un canon de 20MM qui vous pulvérise en 1 coup une rapidité déconcertante (je joue japonais et quand je vois un tiers 1 me rattraper alors que je fais du piquer pour reprendre de la vitesse sa la fout mal) et blindage d'une résistance à tout épreuve imaginer vous avec votre canon de 20mm épuiser tout vos munition pour voir que vous avez juste fait un "petit trous"

- Pour pouvoir faire du tank vs avion il faut être en custom battle

- Un matchmaking bizzare autant vous tomberez avec des avion de votre tiers autant vous aller avoir des avions de tiers supérieur ( de 1 à 2 tiers supérieur à votre avions)



C'est un très bon jeu malgré les défauts que je viens de citer la sortie de ground forces à amener un nouveau souffle au jeu
j'attend les bateaux pour pouvoir qui sait peut être avoir du tank vs avion vs bateau (et le nouveau mode de jeu Guerre mondial)

Posté le : 23 mai 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
10 personne(s) sur 11 (91%) ont trouvé cette évaluation utile
29 produits enregistrés
1 évaluation
283.5 heures en tout
Très bon jeu arcade et semi-simulation, mais ce derniers mode n'est pas assé visité par les joueurs. Aussi la conduite de certains joueurs est énervante ( te rendrent dedans, ne jouent pas l'objectif, 10 chasseurs derrière le même avion...), mais cela n'est pas propre à ce jeu malheureusement. Sinon je conseille fortement ce jeu qui est simple d'accé et en plus il est gratuit!
Posté le : 14 mars 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
8 personne(s) sur 8 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
258 produits enregistrés
51 évaluations
31.9 heures en tout
Un très bon jeu, qui a le mérite d'être gratuit. Si certains se posent la question, le fait de payer permettra d'obtenir plus d'expérience, (un peu) plus d'avions, mais ne donnera aucun avantage lors d'un combat.

Il y en a pour tous les goûts et pour tous les niveaux : les férus de simulation y trouveront leur compte avec le mode bataille historique réelle (le plus réaliste, je n'ai jamais encore réussi à faire décoller l'avion!), tandis que les plus "bourrins" ayant envie de faire un carnage, pourront prendre tous les risques dans le mode arcade. Enfin, le mode bataille historique se situe au milieu de ces deux modes de jeu : nous ne possédons qu'une seule vie et nos munitions sont limitées, mais le pilotage se fait quand même à la souris. Il permet en plus de réviser son histoire, car les batailles ont réellement existées.

Les graphismes sont également de bonnes qualités : contrairement à d'autres jeux d'avions où le sol n'est qu'une texture absolument dégueulasse, là vous devrez parfois éviter la cime des arbres, où passer entre les maisons.

Les maps sont variées, certaines sont assez plates et classiques, mais d'autres sont absolument magnifiques, et on ne peut résister à passer au fond des canyons, où sous une arche naturelle, juste pour le plaisir des yeux. Évidemment, vous pourrez vous en servir à votre avantage dans un second temps, lorsque vous serez en difficulté.

Passons maintenant aux points noirs de ce jeu, principalement liés au fait qu'il n'en soit qu'à ces débuts. Tout d'abord, la version française n'est pas finie. L'encyclopédie, où sont compilés des tonnes d'informations relatives à l'aviation ou au jeu, n'est qu'à moitié traduite. De plus on voit des énormes erreurs de traduction un peu partout ("[votrepseudo] vous ont été abattus par [sonpseudo]").

Vos débuts seront également un peu difficiles : vous n'aurez accès qu'à 3 avions pendant la bataille (alors que c'est le moment du jeu où vous mourrez les plus). De plus il faudra attendre un certain temps avant de pouvoir diversifier le gameplay, avec des bombardiers par exemple, ceux-ci n'étant disponibles que lors des niveaux suivants. Vous ne disposerez que de chasseurs, maniables certes, mais aux balles assez inefficaces contre des chasseurs lourds et autres bombardiers.

En résumé, nous avons là un jeu GRATUIT sans pay-to-win, avec des graphismes très corrects et des maps merveilleuses, mais qui n'en est qu'à ses débuts, et qui ne peut donc que s'améliorer.
Posté le : 12 juillet 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
6 personne(s) sur 6 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
672 produits enregistrés
5 évaluations
80.3 heures en tout
Bon jeu, jouable en arcade à la souris ou au pad, ou en simu plus pointue mais là il faut un bon joy et le track IR.
Le début est pénible car on a les avions de base, chair à canon, même si je suis surpris de voir tout ce qu'un biplan peut faire... dans ce jeu.
Vous jouez, vous marquez des points, vous recherchez d'autres avions et hop, des Hurricane, des Spit, A20, etc... Pour progresser plus vite, ben on paye avec ses sousous si on veut.
5 Pays.
Chasseurs, Bombardiers, Hydravions, torpilleurs, Jets... Sky is the limit.
Et pas que, puisque vous pouvez jouer aussi avec des tanks dans le même jeu, avec Ground Forces.
+ missions solo, campagnes dynamiques, missions historiques.
Allez venez, je vous couvrirai.
Si on est dans la même équipe. Sinon ratatatatata !!

Je comprends que les puristes ralent et le rejettent. Je le prends pour un jeu fun et joli avec de bonnes sensations malgré tout, et pas pour un simulateur ultime.

Jeu gratuit... Rapport prix/fun/qualité, venez le chercher.
Posté le : 24 juillet 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
5 personne(s) sur 6 (83%) ont trouvé cette évaluation utile
149 produits enregistrés
1 évaluation
63.1 heures en tout
Très bon jeu pour les fans d'aviation et de la seconde guerre mondiale. Plus vous avancer dans les batailles plus vous débloquez de bon avions... à suivre avec les MAJ...
Posté le : 17 juin 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
58 personne(s) sur 61 (95%) ont trouvé cette évaluation utile
68 produits enregistrés
9 évaluations
26.3 heures en tout
War Thunder, Free-to-play, jeu de simulation/guerre, 2013

-Points forts :
Le jeu étant basé sur son multi, (DLC avec campagne solo payant), les points intéressants sont la jouabilité, les graphismes, la bande son et le contexte. Pour ce qui est du rendu graphique et sonore général, le jeu se débrouille à merveille, on notera d'ailleurs de nombreuses options d'affichage supplémentaires (mode cinéma, mode noir et blanc...).

Pour ce qui est du contexte, on a affaire aux guerres mondiales ainsi qu' à la guerre froide, ou le joueur incarne un pilote de véhicule, principalement un pilote d'avion, à travers d'immenses champs de bataille. La jouabilité est excellente bien qu'elle demande un temps d'habilitation (vues FPS-TPS et modes de jeux adaptés selon l'expérience). Pour finir le jeu propose une personnalisation totale des véhicules et du pilote, selon l'appartenance au parti choisi par le joueur.

-Points faibles :
Le système des points de jeu et des points obtenus par conversion d'argent réel revient bien évidemment, et cela peut être source d'inégalité. Et bien entendu, au niveau approfondi des graphismes, on se rend bien compte qu'il est impossible de reproduire la perfection sur une map étendue sur des kilomètres, un point sur lequel les développeurs travaillent continuellement.


BILAN : 16/20 :) Un bon jeu Online, qui évolue constamment, le meilleur en son genre.
Posté le : 15 décembre 2013
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non

Récompenses