The unique cyberpunk-meets-fantasy world of Shadowrun has gained a huge cult following since its creation nearly 25 years ago. Now, creator Jordan Weisman returns to the world of Shadowrun, modernizing this classic game setting as a single player, turn-based tactical RPG.
Évaluations des utilisateurs :
Récentes :
très positives (38 évaluation(s)) - 86% des 38 évaluations des utilisateurs dans les 30 derniers jours sont positives.
Globales :
très positives (7,102 évaluation(s)) - 89% des 7,102 évaluations des utilisateurs pour ce jeu sont positives.
Date de parution : 25 juil 2013

Connectez-vous pour ajouter cet article à votre liste de souhaits, le suivre, ou indiquer que vous n'êtes pas intéressé

Acheter Shadowrun Returns

Acheter Shadowrun Returns Deluxe

Includes: Shadowrun Returns + Anthology + Soundtrack

Acheter Shadowrun Returns Upgrade to Deluxe (add Anthology + Soundtrack)

Upgrade from the Standard to the Deluxe Edition. Only available for owners of the Standard Edition.

Acheter Shadowrun: Dragonfall - Director's Cut

 

Articles

“Diehard GameFAN: 2013 Game of the Year/Best PC Game/Best Digital-Downloadable Game/Best Tactical RPG, Softpedia: Best RPG 2013, Hardcoregamer: Nominated Best Strategy Game 2013, Gamezebo: Best Games of 2013, Gamasutra: Top Games of the 2013”
Best of 2013 Awards

“Shadowrun Returns drops players headfirst into this richly realized fiction, combining classic role-playing storytelling with modern tactical battles . . . running the shadows has never been more fun.”
8.5/10 – Game Informer

“This is one of the most satisfying and complete tactical roleplaying experiences to come out of 2013 and realistically the last few years.”
4.5/5 – HardcoreGamer

À propos de ce jeu

MAN MEETS MAGIC & MACHINE. The year is 2054. Magic has returned to the world, awakening powerful creatures of myth and legend. Technology merges with flesh and consciousness. Elves, trolls, orks and dwarves walk among us, while ruthless corporations bleed the world dry. You are a shadowrunner - a mercenary living on the fringes of society, in the shadows of massive corporate arcologies, surviving day-by-day on skill and instinct alone. When the powerful or the desperate need a job done, you get it done... by any means necessary.

In the urban sprawl of the Seattle metroplex, the search for a mysterious killer sets you on a trail that leads from the darkest slums to the city’s most powerful megacorps. You will need to tread carefully, enlist the aid of other runners, and master powerful forces of technology and magic in order to emerge from the shadows of Seattle unscathed.

The unique cyberpunk-meets-fantasy world of Shadowrun has gained a huge cult following since its creation nearly 25 years ago. Now, creator Jordan Weisman returns to the world of Shadowrun, modernizing this classic game setting as a single player, turn-based tactical RPG.

Key Features

  • Gripping Tactical Combat: When you’re running the shadows, every turn matters. Choose your actions wisely - move to better cover, charge into melee, or lob a fireball into a crowd of enemies. With the variety of weapons and spells at your disposal, every turn is filled with meaningful choices. A successful run requires commanding a team of runners with the right balance of combat, tech, and magical abilities.
  • Skill-Based Character Progression: Choose a starting character archetype and build from there! Street Samurai and Physical Adepts use advanced combat skills to dominate the battlefield, Shamans and Mages summon powerful allies and cast deadly spells, while Riggers and Deckers provide critical technological support, projecting their consciousness directly into drones and computer systems. Shadowrun Returns’ classless skill system allows you to grow your character in any direction you choose. Want to start summoning spirits as an ork Shaman and evolve into a cybered-up weapon specialist? Do it!
  • Engaging 2D/3D Art Style: Shadowrun Returns mixes dynamic 3D characters and lighting with a vibrant, hand-painted environment. Illustrated character portraits bring every conversation to life. Explore a world filled with detail, from the slums of the Redmond Barrens to the extravagant offices of powerful corporations.

Configuration requise

Windows
Mac OS X
SteamOS + Linux
    Minimum:
    • OS:Windows XP SP3/Vista/Windows 7
    • Processor: x86-compatible 1.4GHz or faster processor
    • Memory:2 GB RAM
    • Graphics:DirectX compatible 3D graphics card with at least 256MB of addressable memory
    • DirectX®:9.0
    • Hard Drive:2 GB HD space
    Minimum:
    • OS: OSX 10.6
    • Processor: Intel-based Macs only (x86-compatible, 1.4GHz or better)
    • Memory: 2 GB RAM
    • Hard disk space: 2 GB HD space
    Minimum:
    • Processor: x86-compatible 1.4GHz or faster processor
    • Memory:2 GB RAM
    • Graphics:Modern 3D graphics card with at least 256MB of addressable memory
    • Hard Drive:2 GB HD space
Évaluations des utilisateurs
Le système d'évaluations des utilisateurs a été mis à jour ! En savoir plus
Récentes :
très positives (38 évaluation(s))
Globales :
très positives (7,102 évaluation(s))
Publiées récemment
Cs137
1.1 heures en tout
Posté le : 6 août
Je pense qu'il faut être fan pour apprécier...
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Berkwinn
8.4 heures en tout
Posté le : 17 juillet
Jeu plaisant !
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Kahlong
29.9 heures en tout
Posté le : 30 juin
Très bon rpg tiré du jeu de rôle papier éponyme. Classique mais bien finalisé suite à un financement participatif rondement mené, et surtout une vf débloquée lors du crowdfunding. Ne demande pas une grosse configuration et pas mal de mods disponibles. Bref un must-have.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Torog
12.3 heures en tout
Posté le : 22 juin
L'écriture est vraiment excellente, c'est bel et bien Shadowrun tel que je l'adore en jeu de rôle! Cet univers est juste top, avec une ambiance à nulle autre pareille. La réalisation du jeu est quand à elle juste correcte, avec des graphismes passables et un système de jeu correct mais sans plus. L'intérêt du jeu est vraiment dans l'univers, les personnages et le scénario je trouve. Pour moi qui avait lu l'excellent roman Shadowrun "2XS", j'ai eu la surprise en découvrant que le scénario de Returns en reprenait certains éléments, ce qui est plutôt cool!
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
EvathCebor
22.2 heures en tout
Posté le : 18 mai
Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà joué à un tactical RPG si pauvre. Le système de combat, riche de rien, sans subtilités, n'est stimulé par zéro à aucune difficulté (en mode normal) qui nous pousserait à exploiter les deux ou trois bourrelets qui donnent un peu de chair à ce corps trop maigre. On sélectionne l'un de ses pions, on clique sur un ennemi et on s'énerve de le voir rater un tir, l'affrontement s'éterniser d'un tour et gaspiller une autre minute de notre vie. C'est presque si l'on déplace nos personnages sur le plateau de jeu sans se soucier de leur disposition. Jouer aux échecs les yeux bandés et gagner la partie quand même, en souvenir des humiliations de nos enfances où les adultes nous laissaient la victoire aux petits chevaux. A vaincre sans péril...

L'aventure est plus linéaire encore que celle d'un TPS et le scénario s'aventure deux ou trois pas au-delà de la frontière de l'inadmissible. Si quelques traits d'humour atténuent le rond du zéro de l'histoire, on en traverse la deuxième moitié la gueule béante face à tant de médiocrité, les graphismes seuls nous rappelant que l'on n'est pas en train de jouer au projet RPG Maker d'un ado de douze ans au front aussi purulent que ses idées. Mais la technique n'est pas une satisfaction pour autant, particulièrement les modélisations 3D cheap des personnages, ces vilains troncs du haut desquels pendent des bras en polygones rosés qui empestent le jeu mobile - et dont jamais ni l'allure ni le losange chevelu qui leur sert de tête ne ressemblent à leur portrait. Les musiques sont au mieux anodines et trop vite répétitives. Quant à la plume du narrateur, quelques belles phrases ne nous sauvent pas des descriptions de pachyderme et des lourdeurs à tous les étages (en version originale) qui en tempèrent les plus belles lignes et, surtout, ne suffisent pas à noyer un scénario qui d'éclore dans un douillet nid de clichés de polar noir finit par mourir dans une nullité surprenante.

J'ai pourtant beaucoup de raisons de recommander Shadowrun Returns. Quand bien même ses défauts, je l'ai aimé d'un bout à l'autre. Sans en avoir le goût, il a l'odeur des grands jeux de rôles d'antan qu'il ne singe pas assez bien pour s'en faire adopter mais déploie assez d'efforts pour nous attendrir. Le background, qui mélange le bestiaire de la fantasy aux ruelles crasseuses du cyberpunk, faisait déjà de la licence le bâtard légitime, le dernier indice d'une partie fine entre les jeux de rôles d'il y a vingt ans. Le chara design, que certains pourraient trouver facile, m'est exquis et vous le serait peut-être si vous pouviez regarder depuis l'autre côté de mes yeux. Les donjons ont la bonne idée d'être courts ; faute d'être très intéressants, ils ne débordent pas de la demi-heure qui nous lasserait. L'ennui est vaincu par le rythme. On retrouve dans Shadowrun Returns, pot-pourri attendrissant des JDR qui l'ont précédé et inspiré, des idées et des thèmes disséminés comme les cailloux d'un chemin secret vers le plaisir. On apprend à se sentir chez soi en arpentant les sous-sols de l'Union, ce bar aux tabourets malfamés sur lesquels se joue la grande chaise musicale des fesses les plus sales de Seattle, qui nous servent de camp de base pour recruter des mercenaires et partir en mission. Le système de piratage, qui n'est en fait qu'un combat classique avec un nouveau skin, épice le banal des affrontements lorsqu'il y est mélangé : d'un tour à l'autre, on passe du monde réel à la matrice et les actions d'une réalité peuvent ricocher sur l'autre ; un peu comme dans la bataille finale d'un Star Wars qui se déroule simultanément sur plusieurs plans. Enfin, un éditeur de campagnes - que l'on retrouve sur le workshop - transforme l'aventure du jeu de base en un bel outil. Shadowrun Returns n'est pas le plus grand, ni le plus beau ou le plus intelligent des reboots. Si on décide de ne pas profiter des bienfaits de son éditeur de scénarios, il est aussi bien court. Mais en bon amour de vacances, on se concentre sur ses qualités et on se force à l'aimer quand même, puis on se quitte et s'échange la promesse de se revoir en se doutant bien qu'on ne la tiendra pas.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Kevlar830
2.5 heures en tout
Posté le : 2 mai
Plutôt sympa
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
pixborn
19.9 heures en tout
Posté le : 25 avril
Je viens tout juste de finir la campagne de "Dead Man's switch". Avant de démarrer, il est utile que je précise qu'avant d'avoir touché à ce jeu, je ne connaissais absolument pas la licence "Shadowrun", de même que son nom. C'était totalement inconnu pour moi et même si j'avais surveillé le soft lors de sa sortie, s'il n'avait pas été offert dans un bundle je n'y aurais sans doute jamais touché.

Shadowrun Returns se présente comme un RPG tactique, où nous allons contrôler un" runner" (sorte de mercenaire) évoluant dans un monde cyberpunk où les races typiques de la fantasy côtoient la technologie propre à toute dystopie hard SF. Shadowrun est une Uchronie et propose une ambiance et un contexte qui lui est propre où notre monde a été bouleversé par un Éveil de la magie. Cette dernière, endormie depuis des millénaires, s'éveille par cycle et c'est ainsi que la société cyberpunk habitant le monde de Shadowrun s'est retrouvée à côtoyer orks, elfes, trolls et dragons, anciennement des humains ayant mutés. Alors que certains tentent de maitriser cette magie, en 2070, le monde s'est retrouvé dominé par d'importantes corporations possédant leurs propres forces armées, celles-ci dictant alors leur politique aux pays du monde entier. Mais vous, qui êtes-vous ? Un Shadowrunner, un mercenaire œuvrant dans l'ombre en acceptant un travail très bien payé et très souvent illégal. Cloitré dans votre appartement depuis plusieurs jours, vous peinez à trouver un travail et à payer votre facture... Jusqu'à ce que vous recevez un appel troublant : Sam Watts, un ancien ami, est mort. Il a activé un Dead Man's switch à votre nom. Derrière cette appellation se cache un contrat où la personne désignée va devoir livrer justice, pour un joli pactole. L'occasion inespérée pour voir d'enfin relever la tête.

Voilà donc le pitch de départ. Semblant simple, il se complexifie par la suite en esquivant habilement les clichés grâce à des dialogues très bien écrits et sa palette de personnages charismatique. Si vous désirez cependant œuvrer dans une campagne où de nombreuses possibilités vous sont offertes, rebroussez chemin : Shadowrun est très, mais alors très dirigiste et n'offre strictement aucune liberté. L'on se contentera d'évoluer dans des décors - certes très jolis- tout en dézinguant ceux qui tentent de s'opposer à notre soif de justice (ou de nuyens). Très décevant pour ma part, surtout que les dialogues sont vraiment très bons et m'ont offert qu'une brève illusion de liberté.

Heureusement, les combats sont très sympa et sont similaires à ce qu'offre XCOM (Avec l'absence de RNG, heureusement). D'ailleurs, la liberté vous la retrouverez dans le développement de votre personnage. Pas de restriction même si certains archétypes sont disponibles, il vous sera tout à fait possible de créer un decker spécialisé en corps à corps ou un Troll tireur d'élite. Certaines de vos compétences vous seront aussi bien utiles dans les dialogues, vous permettant de débloquer certaines phrases pour vous sortir de mauvaises passes. Rien de bien neuf dans la sphère des RPG mais tout de même un bon point compte tenu de l'aspect dirigiste et linéaire de la campagne.

Celle-ci a une durée de vie bien en deçà de la moyenne. En ligne droite, il vous faudra un peu plus de 13h pour en voir le bout et ne comptez pas sur les deux contrats de runner disponibles pour augmenter votre temps de jeu. Un éditeur étant disponible, les moins anglophobes auront le droit à une ribambelle de contenus supplémentaire via un Steamworkshop assez fournis où campagnes ainsi que contrats de runner n'attendent que vous pour vous immerger à nouveau dans l'ambiance propre du titre.

Je vais très rapidement donner mon avis sur l'aspect sonore du titre, si certains ont été fort déçus de ne pas voir de dialogues doublés, ça a été tout le contraire pour moi. Il vous voir les dialogues de Shadowrun comme un véritable amateur de RPG papier : très descriptifs et vraiment bien écrits, ils sont très plaisant à lire mais bien évidemment rigides. Les musiques, quand à elles sont dans le thème et bien composée, ajoutant un dynamisme certain lors des combats.

Avant de toucher au titre, il faut donc savoir où vous mettez les pieds. Les fans de la licence s'y retrouveront sans doute tandis que les autres, comme moi, devront réellement se renseigner avant de se lancer. Cependant, la campagne - bien que courte - vaut le détour et l'ambiance du titre suffit à dorer l'image d'un jeu qui n'a sans doute pas réussi à trouver son public. Quoi qu'il en soit, j'oscille entre la déception et la satisfaction mais ce jeu m'aura offert de bons moments et c'est tout ce qui compte.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
kayupla
20.5 heures en tout
Posté le : 9 avril
univers profond, scenario exellent, gameplay classqiue mais finit aux petits ognions. Ayant connu le jeu papier, je peux dire qu'en plus d'etre un bon jeu vidéo shadowrun émule vraiment les mecanismes du jeu de rôle sur table en solicitant l'imagination et le rôle play au travers de ses dialogues et textes d'une richesse rare. JE fait partis de ces joueurs qui ne lisent pas les textes dans les jeux vidéo ( en partie par ce que ce systeme est souvent mal implémenté et les textes mal écrits) et pourtant je n'ai pas raté une seule ligne de Shadorun.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Sharky
19.5 heures en tout
Posté le : 29 mars
Ce qui m'a attiré vers Shadowrun Returns, c'est ce monde atypique . Du cyberpunk mélangé à de la fantasy, fallait oser tout de même ! Et ça fonctionne plutôt bien ! On se laisse emporter dans ce monde, même si le scénario ne casse pas la baraque. En 20h sans courir, l'histoire est bouclée. A tester, ne fusse que pour l'ambiance qui se dégage de ce jeu.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
weedda
15.6 heures en tout
Posté le : 14 mars
bon jeux
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
Évaluations les plus pertinentes  Globales
45 personne(s) sur 46 (98%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
25.1 heures en tout
Posté le : 6 juillet 2014
J'ai mis un peu de temps avant de me procurer ce Shadow Run Returns, à cause des critiques assez divisées sur ce jeu, mais obligé de le tester par soi même pour se faire un avis.

Je suis fan de RPG, et ceux en tour par tour ou en pause active sont mes préférés.
Je reste néanmoins légèrement déçu par ce Shadowrun Returns, et comprends à présent les retours mitigés.

Je commence par les points forts:

- L'ambiance ainsi que l'univers et son background sont vraiment travaillés, innovants et intriguants.
- L'histoire est intéressante, donne constamment envie d'avancer dans le jeu, et les nombreux dialogues sont très bien écrits.
- La fiche de personnage assez fournie en statistiques et capacités: il est possible de faire une myriade de profils de combattants différents, qui se joueront de manière différente.
- La durée de vie est quant à elle, correcte pour un RPG.

En point neutre, je pourrais citer le manque de punch des combats, qui se ressent surtout via des animations vraiment minimalistes, de quoi passer l'envie des moins familiarisés aux jeux de rôles.
Pour ma part ce n'est pas vraiment ce que j'attends en priorité dans ce genre, donc cela ne pas gêné tant que ça, bien que cela aurait pu être plus soigné.

Shadowrun Returns a été pas mal critiqué à cause de l’absence de liberté : peu d'exploration, peu de PNJ, de quêtes annexes, impossible de retourner aux boutiques faire des provision quand on veut....pour moi c'est une erreur d'attaquer le jeu sur ces points là, car ce titre n'avait pas pour ambition d'être un très grand jeu, mais un jeu qui nous raconte une histoire maitrisée, quitte à nous tenir un peu en laisse.
C'est juste la voie qui a été choisie, et l'on dispose tout de même d'une base dans laquelle on retourne régulièrement entre deux missions pour faire des emplettes, donc je ne vois pas le problème.
Ce RPG fait moins que les grands du noms, mais plus que certains (Aarklash legacy), mais quitte à en faire peu, autant le faire bien, et c'est là pour moi le fond du problème, ce qui m'amène au points négatifs.

Ce jeu ne propose QUE des dialogues et des combats, soit, mais ces deux éléments au cœur du jeu, sont malheureusement un peu déficients:

- Les dialogues tout d'abord, bien que très bien écrits, ne proposent presque jamais de vrais choix qui vont avoir un impact véritable sur la progression.
Les rares options qui s'offrent à nous ne changent que des détails infimes.
Ce point faible est cependant bien moins grave que celui qui va suivre.

- Le système de combat manque vraiment de subtilité.
Les quelques techniques qui sortent du lot, comme pouvoir se mettre à couvert, ou en mode surveillance, sont en faite assez inutiles.
En effet les ennemis font tellement peu de dégâts, quand ils ne ratent pas leurs cibles, qu'il devient beaucoup plus simple de foncer dans le tas et de bourriner, adieu la finesse.
Dans un RPG tactique au tour par tour, c'est de l'hérisie pure et simple.
D'autant plus que ce système avantage beaucoup trop le joueur par rapports aux ennemis.
Nos personnages jouables se voient en effet dotés de plusieurs actions par tours (dont le nombre ne cesse d'augmenter pendant la progression du jeu), alors que les ennemis ne disposent que d'une seule ridicule petite action réalisable par tour...c'est assez inégal...
Ce qui m'amène à un autre point: ce jeu est BEAUCOUP TROP facile.
J'ai commencé en mode très difficile car j'aime le challenge dans les RPG, sachant que les jeux de maintenant sont malheureusement souvent assez simples.
Et bien je n'ai pas vraiment été satisfait vu que la progression globale est une véritable balade de santé.
Je ne suis mort qu'une seule fois, et ce fut contre le boss final.
A aucun moment je n'ai eu l'impression d'avoir à faire à un combat critique requérant toute ma concentration, du coup les affrontements ne m'ont jamais pris aux tripes.
J'ai vraiment du mal à imaginer comment le jeu puisse être plus facile qu'il ne l'a été pendant ma partie dans le mode de difficulté pourtant maximum, j'ai bien l'impression que le niveau de difficulté choisi ne change pratiquement rien.

Ce shadowrun Returns reste un bon petit RPG sympathique à se procurer pour pas chère pendant les soldes, et à faire principalement pour l'histoire et la gestion de la fiche du personnage, de sa personnalisation.


* Points forts :

+ L'univers à la fois sombre, futuriste, et fantastique
+ Ambiance prenante
+ La narration rondement menée (dialogues, histoire)
+ Personnalisation du personnage


* Points faibles :

- Peu de vrais choix dans les dialogues
- Système de combat trop simpliste
- Trop d'actions par tour réalisables comparé aux ennemis
- Beaucoup trop facile



14/20
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
33 personne(s) sur 33 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
13.7 heures en tout
Posté le : 17 octobre 2015
Nain, elfe, troll, orc, voilà des races que l’on associe facilement avec le genre du RPG Heroïc-Fantasy. Si vous n’êtes pas familiers avec la licence Shadowrun vous pourriez bien être étonnés par son univers cyberpunk où vous croiserez toutes les races énoncées plus tôt. Un monde futuriste mais toutefois empreint de magie, ce n’est pas commun, et qu’est-ce que ça donne lorsque cet univers connu sous forme de jeu de rôle papier est adapté en RPG old-school ? Nous allons voir ça tout de suite.

Seattle, 2054. Le "Dead Man's Switch" est un dispositif qui se met en marche lorsqu'un homme meurt et permet d'exposer ses dernières volontés. Lorsque celui de votre ami Sam se met en route il fait appel à vous afin de lui rendre justice en confondant son meurtrier en échange d'une colossale somme d'argent. Le monde des ombres vous connaissez, vous êtes un Shadowrunner, vous êtes payés pour risquer votre vie dans des missions dangereuses, alors forcément cette somme d'argent a un attrait non négligeable. Et vous voilà sur les traces de l'éventreur d'Emerald City, une enquête qui vous mènera bien plus loin que vous n'aviez imaginé...

Shadowrun Returns est avant tout un RPG et vous aurez droit à une chose que j'apprécie particulièrement dans ce genre là : la création de personnage. Oui ce n'est pas le plus important mais ça apporte en immersion d'avoir modelé un personnage selon ses envies. http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=531273729 On a donc le choix entre 5 races :
  • Humain - La race considérée comme pure et normale puisqu'elle est la seule à avoir existé avant le retour de la magie en 2012.
  • Elfe - La race de méta-humains considérée comme la meilleure. Les elfes ressemblent aux humains à la différence qu'ils sont plus intelligents, plus rapides, physiquement plus grands, plus fins et plus beaux.
  • Nain - Les nains sont les méta-humains les plus petits mais ils font aussi partie des races les plus puissantes bénéficiant d'une solide constitution et d'une prédisposition pour l'utilisation de la magie.
  • Ork - Les orks sont la race la plus nombreuse après les humains et malgré un aspect physique qui n'est pas des plus réjouissants et une intelligence moyenne ils sont de puissants guerriers.
  • Troll - Les méta-humains les plus imposants en taille. Les trolls possèdent de grandes cornes qui leur donnent une apparence intimidante, ils sont parfaits en tant que garde ou vigile.
Après avoir choisi une race vous pourrez aussi choisir un archétype parmi les 6 proposés tout en sachant que certaines races possèdent des prédispositions pour certains archétypes.
  • Samouraï de rue - Un guerrier des temps modernes qui saura utiliser les armes de mêlée comme les armes à feu.
  • Mage - Le mage pourra utiliser des sorts d'attaque et de soutien mais il pourra aussi se servir d'armes à feu en temps voulu.
  • Decker - Les hackeurs du futur qui pourront se projeter dans la matrice et utiliser des sorts qui leurs sont spécifiques afin de venir à bout des logiciels ou autres Deckers qui leur barreront la route.
  • Shaman - Contrairement aux mages, les shamans se concentrent plus sur le soutien de leur équipe que sur l'attaque. Il pourra invoquer des esprits d'animaux pour venir en aide à l'équipe ou des esprits élémentaires qui combattront à ses côtés.
  • Rigger - Les riggers sont passés maîtres dans l'art de la maitrise des drones. Leur aide sera la bienvenue lors des combats car chaque drone peut avoir différentes capacités (tir, grenade, soutien...).
  • Adepte - Des guerriers qui se servent de la magie pour augmenter leurs capacités de combat au corps à corps. Avec l'aide de l’énergie du Chi ils peuvent s'immuniser contres les coups ou augmenter leur force d'attaque.
Bien sûr il y aurait d'autres choses à dire sur chaque race et chaque archétype mais cette recommandation n'a pas lieu de servir de Wiki, l'univers de Shadowrun est bien trop riche. Il est aussi possible de ne pas choisir de classe et de forger son personnage en lui attribuant les attributs que l'on préfère, une option à réserver aux habitués du jeu cependant.
Autant la création de personnage est riche sur le plan des capacités des personnages, autant elle est pauvre sur le plan physique (quelques coupes de cheveux, une dizaine de visages et hop c'est parti !). Ce n'est toutefois pas très grave car le jeu est en vue isométrique et ne permet pas de voir les personnages en détail.

Au niveau du gameplay j'ai été très étonnée par la linéarité du jeu. En fait je ne savais pas trop à quoi m'attendre mais il est clair que je n'étais pas préparée à ce que j'ai une mission à faire et que je ne puisse pas faire autre chose. Il n'y a que trois quêtes secondaires et il est impossible de sortir du QG des Shadowrunners pour se balader, on nous dit clairement "Quitter le QG pour rejoindre l'emplacement X ?". Il n'y a pas d'autres option que de suivre la ligne directrice.
En revanche l'enquête est intéressante, l'histoire bien écrite et l'univers de la licence Shadowrun est bien respecté. Sachez que c'est un jeu old-school où il faudra lire, beaucoup lire, de quoi en rebuter certains. http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=531274060 Vous passerez au moins 50% de jeu à parler avec d'autres personnages.

Les combats sont tactiques et vous devrez parfois engager d'autres Shadowrunners pour venir au casse-pipe avec vous moyennant quelques Nuyens. Tout le jeu se joue à la souris et vous déplacerez vos personnages en dépensant des points d'action. Il faudra avancer prudemment car vous ne verrez pas ce qui se trouve dans les salles non explorées à cause du brouillard de guerre. Une aide de jeu complète est disponible à tout moment si vous êtes dans le doute. http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=534582506 A certains moments vous combattrez dans le monde réel mais aussi dans la matrice, un changement bienvenu dans le gameplay. Quelques défauts se font cependant ressentir lors des combats comme le fait de ne pas pouvoir se déplacer librement même lorsque les ennemis ont été tués. On devra se déplacer de cases en cases jusqu'à ce qu'un nouvel ennemi arrive ou que l'on sorte du bâtiment. Le jeu n'est pas facile car même s'il n'y a plus d'ennemis à l'écran vous ne récupérerez pas de PV, à vous de bien gérer vos sorts ou vos kits de médication.

Les environnements isométriques sont très soignés et bénéficient d'une direction artistique maitrisée. La musique du jeu est de bonne qualité tout comme la traduction française des textes (quelques coquilles mais rien de grave). Quant à la durée de vie, elle est mince pour un RPG (12-14h) mais un éditeur de niveau permet aux fans de créer et partager de nouvelles aventures.

Au final, Shadowrun Returns est un bon RPG, parfait pour les nostalgiques du jeu sur table mais qui semblera trop dirigiste pour les autres. Si vous n'aimez pas lire vous ne pourrez pas accrocher à l'univers et ce serait bien dommage car c'est là le grand atout du jeu.

Lisez d'autres avis sur ma page de curation : Kitsune's Guide
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
31 personne(s) sur 35 (89%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
15.6 heures en tout
Posté le : 3 février 2014
Il m'aura fallu 15 heures pour venir à bout de ce run. Il faut bien avouer que ce shadowrun returns est une réussite, un bon petit RPG avec une histoire prenante et décalé, des décors suffisament léchés et agréables pour oublier le côté old school et des personnages hauts en couleurs. On peut évidément lui repprocher la linéarité de son déroulement, le manque cruel d'interaction avec les décors, la facilité globale de son challenge. Mais il s'en dégage un charme certain, celui qui vous colle à votre ordi pendant 15 heures. JE n'ai pas encore découvert le travail de la communautée sur le jeu mais j'imagine que cela doit foisonner de petits modules sympathiques alors pourquoi bouder un bon RPG quand on a un sous la main ?
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
21 personne(s) sur 21 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
25.5 heures en tout
Posté le : 4 janvier 2014
J'ai passé un excellent moment sur ce jeu ! ça commence de façon assez surprenante - je ne dévoilerais rien - et puis ça s'enchaine au fil d'une trame narrative dans le contexte de l'univers de Shadowrun le jeu de rôle : un univers cyberpunk où la magie vient colorer la grise hauteur des buildings - imaginez les flammes de l'introduction de blade runner, là où l'on voit les pyramides de la tyrell corporation, soufflées par un dragon capable au moyen de la technologie cyberpunk, de s'incarner dans la matrice.
Shadowrun alterne scènes de roleplay, au moyen de dialogues talentueux, et phase de combat en mode grille sur carte, au tour par tour. Et quelles phase de combat, même si certains pourraient lui reprocher de ne pas respecter scrupuleusement le système de rêgle du jeu sur table, c'est rythmé, cohérent et fluide. De plus la multiplicité des jobs proposés au début du jeu, offrent un challenge différent, et à la hauteur du dit job choisi.
Je vous ai parlé d'un dragon matriciel, et le job de decker, vous permet à vous aussi une incarnation dans le cyberspace. Un des éléments du jeu, qui reste selon moi le moi bien réussi, ce n'est peut-être pas assez coloré à mon goût.

Loin des realistic-cyberpunk, la fantasy de shadownrun vaut bien le coup d'oeil.

---


I had a great time on this game! it starts surprisingly - I unveil anything - and then it comes together over a narrative story in the context of the world of Shadowrun role-playing : a cyberpunk universe where magic comes to color gray height buildings - imagine the flames of the introduction of blade runner , where we see the pyramids of the tyrell corporation , blown by a dragon able through the cyberpunk technology, incarnate in the womb . Shadowrun alternates scenes of roleplay, using talented dialogues and stage combat grid map , turn by turn. And what combat phase, although some might accuse him of not adhere strictly to the rules of the game system table is rhythmic, consistent and fluid. In addition, the multiplicity of jobs offered at the beginning of the game, offering a rich and varied challenge. I spoke of a matrix dragon, and job decker allows you to also incarnation in cyberspace . One of the elements of the game , which remains in my me successful , this may not be enough colored for my taste.Far away from realistic- cyberpunk, fantasy of shadownrun well worth a look.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
26 personne(s) sur 31 (84%) ont trouvé cette évaluation utile
1 personne a trouvé cette évaluation amusante
Recommandé
2.3 heures en tout
Posté le : 10 janvier 2015

Shadowrun returns alterne le très bon, le bon et le plus décevant.

Le très bon, c'est d'abord l'univers, un mélange de Philip K. ♥♥♥♥ et de Tolkien, où les trolls, les elfes et les mages rencontrent les mafias et les mégacorps. Ce monde est parfaitement bien retranscrit et respecté.

Le très bon, c'est aussi le scénario, parfaitement bien écrit (attention, c'est uniquement en anglais pour l'instant, et il y a _beaucoup_ de texte). Partis enquêter sur la mort d'un ancien compagnon, on découvre au fur et à mesure une intrigue bien plus complexe. Le thème a beau être déjà vu, il est ici parfaitement bien traité, et offre des personnages secondaires attachants.

Dans la catégorie du "bon", je mettrais sans hésiter les graphismes, en particulier les décors. La 3D isométrique n'avait finalement pas encore dit son dernier mot... Le système de combat est également correct, tactique en restant très simple. Enfin, le système d'évolution du personnage est assez complet, et permet réellement d'orienter son personnage dans des directions très différentes.

Dans les déceptions et les frustrations, on pourra dire que la campagne est totalement linéaire, et un poil courte. Enfin, le système de sauvegarde est pénible : les sauvegardes se font automatiquement au début de chaque niveau (et c'est tout, pas de sauvegarde manuelle), mais les choix en équipement et en compagnons se font à la fin de la mission précédente...
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
10 personne(s) sur 10 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
19.9 heures en tout
Posté le : 25 avril
Je viens tout juste de finir la campagne de "Dead Man's switch". Avant de démarrer, il est utile que je précise qu'avant d'avoir touché à ce jeu, je ne connaissais absolument pas la licence "Shadowrun", de même que son nom. C'était totalement inconnu pour moi et même si j'avais surveillé le soft lors de sa sortie, s'il n'avait pas été offert dans un bundle je n'y aurais sans doute jamais touché.

Shadowrun Returns se présente comme un RPG tactique, où nous allons contrôler un" runner" (sorte de mercenaire) évoluant dans un monde cyberpunk où les races typiques de la fantasy côtoient la technologie propre à toute dystopie hard SF. Shadowrun est une Uchronie et propose une ambiance et un contexte qui lui est propre où notre monde a été bouleversé par un Éveil de la magie. Cette dernière, endormie depuis des millénaires, s'éveille par cycle et c'est ainsi que la société cyberpunk habitant le monde de Shadowrun s'est retrouvée à côtoyer orks, elfes, trolls et dragons, anciennement des humains ayant mutés. Alors que certains tentent de maitriser cette magie, en 2070, le monde s'est retrouvé dominé par d'importantes corporations possédant leurs propres forces armées, celles-ci dictant alors leur politique aux pays du monde entier. Mais vous, qui êtes-vous ? Un Shadowrunner, un mercenaire œuvrant dans l'ombre en acceptant un travail très bien payé et très souvent illégal. Cloitré dans votre appartement depuis plusieurs jours, vous peinez à trouver un travail et à payer votre facture... Jusqu'à ce que vous recevez un appel troublant : Sam Watts, un ancien ami, est mort. Il a activé un Dead Man's switch à votre nom. Derrière cette appellation se cache un contrat où la personne désignée va devoir livrer justice, pour un joli pactole. L'occasion inespérée pour voir d'enfin relever la tête.

Voilà donc le pitch de départ. Semblant simple, il se complexifie par la suite en esquivant habilement les clichés grâce à des dialogues très bien écrits et sa palette de personnages charismatique. Si vous désirez cependant œuvrer dans une campagne où de nombreuses possibilités vous sont offertes, rebroussez chemin : Shadowrun est très, mais alors très dirigiste et n'offre strictement aucune liberté. L'on se contentera d'évoluer dans des décors - certes très jolis- tout en dézinguant ceux qui tentent de s'opposer à notre soif de justice (ou de nuyens). Très décevant pour ma part, surtout que les dialogues sont vraiment très bons et m'ont offert qu'une brève illusion de liberté.

Heureusement, les combats sont très sympa et sont similaires à ce qu'offre XCOM (Avec l'absence de RNG, heureusement). D'ailleurs, la liberté vous la retrouverez dans le développement de votre personnage. Pas de restriction même si certains archétypes sont disponibles, il vous sera tout à fait possible de créer un decker spécialisé en corps à corps ou un Troll tireur d'élite. Certaines de vos compétences vous seront aussi bien utiles dans les dialogues, vous permettant de débloquer certaines phrases pour vous sortir de mauvaises passes. Rien de bien neuf dans la sphère des RPG mais tout de même un bon point compte tenu de l'aspect dirigiste et linéaire de la campagne.

Celle-ci a une durée de vie bien en deçà de la moyenne. En ligne droite, il vous faudra un peu plus de 13h pour en voir le bout et ne comptez pas sur les deux contrats de runner disponibles pour augmenter votre temps de jeu. Un éditeur étant disponible, les moins anglophobes auront le droit à une ribambelle de contenus supplémentaire via un Steamworkshop assez fournis où campagnes ainsi que contrats de runner n'attendent que vous pour vous immerger à nouveau dans l'ambiance propre du titre.

Je vais très rapidement donner mon avis sur l'aspect sonore du titre, si certains ont été fort déçus de ne pas voir de dialogues doublés, ça a été tout le contraire pour moi. Il vous voir les dialogues de Shadowrun comme un véritable amateur de RPG papier : très descriptifs et vraiment bien écrits, ils sont très plaisant à lire mais bien évidemment rigides. Les musiques, quand à elles sont dans le thème et bien composée, ajoutant un dynamisme certain lors des combats.

Avant de toucher au titre, il faut donc savoir où vous mettez les pieds. Les fans de la licence s'y retrouveront sans doute tandis que les autres, comme moi, devront réellement se renseigner avant de se lancer. Cependant, la campagne - bien que courte - vaut le détour et l'ambiance du titre suffit à dorer l'image d'un jeu qui n'a sans doute pas réussi à trouver son public. Quoi qu'il en soit, j'oscille entre la déception et la satisfaction mais ce jeu m'aura offert de bons moments et c'est tout ce qui compte.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
11 personne(s) sur 12 (92%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
15.0 heures en tout
Posté le : 15 décembre 2013
Un bon petit Tactical dans un univers cyberpunk peuplé de créatures du domaine du "fantastique". Plutôt court, mais très bon, les connaisseurs râleront sur le système de baston simplifié et le scénario qui explore beaucoup de domaines de façon trop superficielle, les néophytes dont je fais partie apprécieront juste l'histoire, les graphismes pas mauvais, et les dialogues avec d'énormes bouts de RolePlay dedans. Lorsque vous commencez le jeu, vous êtes dans la dèche et recevez un message d'un ancien contact, celui-ci s'avère être en position de vous verser quelques menue monnaie à quelques conditions...
Et c'est ensuite que commencent les ennuis.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
12 personne(s) sur 14 (86%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
47.8 heures en tout
Posté le : 1 janvier 2014
Shadowrun Returns a un très grand potentiel qui reste encore à exploiter. L'univers tiré du jdr Shadowrun est génial, on a envie d'y plonger corps et âme et donne l'impression de jouer à un Fallout version cyperpunk.

Malheureusement la campagne principale est trop dirigiste. Elle est aussi linéaire qu'un super mario : on avance, on ne peut pas revenir en arrière, on ne choisit pas ses destinations, ce qui n'est pas acceptable pour un jeu de rôle. De plus, les cartes , bien que très bien dessinées, ne présentent presque pas d'éléments interactifs. On aimerait pouvoir parler à tous les PNJ, cliquer sur tous les objets mais non, ça n'est pas prévu, il faut aller droit au but. Quel dommage. L'histoire reste intéressante sans être exceptionnelle, il m'a fallu 18 heures pour en venir à bout. Dommage également qu'il ne soit pas possible de sauvegarder quand bon nous semble. Je hais les checkpoints.

Ce jeu va tirer son potentiel dans ses mods ou extensions. Car le système est très bien fichu, avec la possibilité d'exploiter les caractéristiques/compétences dans les dialogues ou pour résoudre certains énigmes de différentes façons. Les combats au tour par tour sont très bien réalisés également, même si j'ai trouvé le jeu un peu trop facile.

Bref, un bon jeu qui pourra devenir encore meilleur. Vivement l'extension Berlin !
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
18 personne(s) sur 26 (69%) ont trouvé cette évaluation utile
Non recommandé
22.7 heures en tout
Posté le : 14 mars 2014
Très déçu par ce jeu. Je lui trouve plus de défauts que de qualités : l'exploration ne sert à rien (peu d'interactions avec le décor, très peu de quêtes secondaires), notamment à cause du fait qu'il n'y a que très peu d'items différents (6 pistolets, 6 armes blanches, 6 fusils à pompes, etc). Le système d'expérience est bidon, on n'est récompensé que quand le jeu le veut bien (ça rejoint le problème de l'exploration, il ne sert à rien de tuer tous ces adversaires sauf quand c'est obligatoire pour continuer). Les sorts sont peu nombreux et de plus très similaires : en gros on ne peut agir que sur les points de vie et les points d'actions, le reste est totalement gadget. Les phases de decker sont rigolotes mais comme on ne peut envoyer qu'un seul perso à la fois dans la matrice, il vaut mieux embaucher un decker ponctuellement que de développer cette capacité. Le charisme ne sert à rien non plus : on acquiert des "étiquettes" propres à chaque milieu social (bourge, corpo, rue, sécurité, recherche, etc), ce qui parait sympa comme idée, mais utile seulement 2 fois par étiquette tout au long de l'histoire... Ce qui m'amène à la dernière partie de ma critique (même s'il y a encore plein d'autres défauts) qui concerne la durée de vie minable de la campagne principale : on a à peine commencé que c'est déjà fini, mais bon je sais qu'il se veut un jeu fan-service, avec tout plein de contenu sur le workshop, ce qui est facile, soit dit en passant... Un dernier mauvais point qui pourrait facilement être résolu, le fait qu'on ne puisse pas switcher manuellement entre les phases de combat et de déplacement libre. Sinon la version française est étonnament bien foutu (hormis de nombreux oublis de traductions), on retrouve parfaitement l'esprit original de la série grâce notamment au fait que les termes propres à cet univers ne sont pas traduits, ce qui n'est pas un défaut à mon sens.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
8 personne(s) sur 8 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
Recommandé
20.3 heures en tout
Posté le : 9 mai 2014
j'ai retrouvé la meme ambiance que la premiere fois lorsque j'avais joué sur SNES.
Les graphismes sont propres sans plus.
l'histoire sans etre trop retord et un peu étrange.
l'humour est bien présent.
Le menu en mode attaque est un peu bordélique, et il est assez facile de louper une action en oubliant quelque chose car il occupe tout le bord de l'écran.
Quelques rares textes non traduits.
Shadowrun reste sans nul doute un bon jeu.
(joué sous linux)
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante