À la une
Jeux
Logiciels Démos ACTUALITÉS Recommandations
Le retour tant attendu d’une marque mythique ! Prince of Persia, le petit bijou du studio Ubisoft Montréal, revient pour une toute nouvelle trilogie artistique et épique. Sacré meilleur Jeu d’Action Aventure à l’E3 2008, il constitue déjà l’événement vidéo ludique de l’année à ne pas rater !
Date de parution: 10 déc 2008
Regarder les 2 vidéos

Acheter Prince of Persia®

À propos du jeu

Le retour tant attendu d’une marque mythique !

Prince of Persia, le petit bijou du studio Ubisoft Montréal, revient pour une toute nouvelle trilogie artistique et épique.

Sacré meilleur Jeu d’Action Aventure à l’E3 2008, il constitue déjà l’événement vidéo ludique de l’année à ne pas rater !

Un nouveau départ pour une toute nouvelle trilogie !

  • Le nouveau style graphique « illustrative » provoque une rupture artistique unique en son genre et renouvelle l’univers de Prince of Persia.
  • Pour la première fois dans cette saga, l’environnement est entièrement ouvert.
  • Un nouveau prince en rupture avec le précédent : il sera cette fois accompagné d’Elika, une alliée fatale aux pouvoirs magiques qui aidera le Prince à ramener la lumière.
  • Développé par Ubisoft Montréal (Assassin’s Creed…)

Une nouvelle jouabilité :

  • La « Corruption », une substance visqueuse maléfique qui détruit tout ce qu’elle touche et évolue en fonction des choix du joueur ainsi que l’action coordonnée du Prince et d’Elika, redéfinissent le genre de l’action / aventure en y apportant grâce, intensité et spectacle.
  • Les nouvelles compétences et acrobaties du Prince ajoutent richesse et variété.

Un jeu plus dynamique que jamais :

  • Des combos spectaculaires et très efficaces.
  • Le système de combat a été recréé pour mettre l’accent sur des combats « titanesques » pour faire vivre une émotion intense pour une expérience inoubliable

Configuration requise

    • Interface : Windows® XP/Windows Vista® (exclusif)
    • Processeur : Processeur Dual core 2.6 GHz Intel® Pentium® D ou AMD Athlon™ 64 X2 3800+ (Intel Core® 2 Duo 2.2 GHz ou AMD Athlon 64 X2 4400+ ou meilleur recommandé)
    • Mémoire : 1 Go Windows XP/2 Go Windows Vista
    • Graphismes : 256 Mo carte graphique compatible DirectX® 10.0 – ou carte graphique compatible DirectX 9.0 – avec Shader Model 3.0 ou supérieur (voir liste ci-dessous)*
    • Version DirectXDirectX 9.0 ou 10.0
    • Disque dur : 9 Go
    • Carte son : Cartes son compatibles DirectX 9.0 ou 10.0 (carte son 5.1 recommandée)
    • Périphériques : Clavier et souris compatibles Windows, contrôleur (Contrôleur Xbox 360® pour Windows recommandé)

    *Cartes graphiques supportées au jour de la sortie :
    ATI® RADEON® X1600*/1650*-1950/HD 2000–4000
    NVIDIA Geforce® 6800*/7/8/9/GTX 260–280
    *PCI Express exclusivement supporté

    Les versions portables de ces cartes ne sont pas supportées. Pour plus d'information veuillez consulter : http://support.ubi.com.

    NVIDIA® nforce™ ou d'autres cartes mères/son contenant Dolby® Digital Interactive Content Encoder sont requises pour l'audio en Dolby Digital.

Évaluations intéressantes des utilisateurs
7 personne(s) sur 8 (88%) ont trouvé cette évaluation utile
556 produits enregistrés
159 évaluations
12.3 heures en tout
Encore un reboot pour Prince of Persia. La série d'Ubisoft n'en finit plus de renaître et c'est tant mieux. Cette nouvelle formule ose l'open world, le cell shading et conjugue des plaisirs venus d'ailleurs. Un temple au coeur du désert, une terre qui se meurt, un pacte maudit et un démon qui sommeille. La région a été @sséchée et il faudra la purifier parcelle après parcelle pour garder la créature prisonnière et l'empêcher d'envahir le monde. Battre le boss de chaque niveau permettra de redonner ses couleurs à la nature environnante. On prend goût à rengorger de soleil les zones les unes après les autres, à nettoyer chaque niveau dans l'ordre de notre choix (monde ouvert oblige) et à contempler les couleurs revigorées de la nature depuis les sommets - en cela, Prince of Persia fait sacrément penser à un certain Mario Sunshine. Là où la nature reprend vie, des sphères de lumières apparaissent. Il faudra en récupérer un certain nombre pour débloquer des pouvoirs nous permettant de progresser vers des terres plus éloignées. Prince of Persia invoque ainsi les plaisirs des vieux plateformers où la collecte d'objets nous poussait à re-traverser les niveaux comme dans un Precursor Legacy. Pour ne pas risquer de nous perdre en cours de route, Ubi Montreal s'est assuré qu'on ne puisse pas s'égarer malgré la liberté de progression : il suffit d'appuyer sur une touche pour qu'une lumière nous indique la direction à suivre (coucou Shadow of the Colossus).

Tout dans cet épisode, particulièrement facile, est en effet pensé pour ne pas frustrer le joueur. Comme dans Prey il est impossible de mourir : on passe tout le jeu en la compagnie de la belle Elika, une princesse dotée de pouvoirs suffisamment magiques pour nous rattraper à chaque chute ou nous sauver la mise juste avant chaque exécution. Les affrontements, assez rares (ne vous attendez pas à dézinguer une centaine d'ennemis), se font en duels singuliers en hommage aux premiers épisodes de la série. Quelconques voire lassants, on se pressera de les éviter et c'est un bonheur que de ne pas avoir à les recommencer - merci Elika ! Le fait de ne jamais jouer sans filet a fait couler beaucoup d'encre (et de larmes) mais ne m'a absolument pas gêné ; je trouve cette approche cohérente avec l'ensemble du jeu et, comme dans Bioshock Infinite, loin d'être désagréable. C'est comme avoir des checkpoints constants à la différence qu'on zappe l'écran de game over ou le loading. Le jeu n'étant pas porté sur le challenge mais sur d'autres plaisirs, il me semble que cette approche controversée ne gâche rien.

L'autre défaut regretté par presque tous les déçus concerne la fin du jeu ; une extension a en effet été commercialisée après sa sortie et Ubisoft, dans sa mauvaise foi aussi habituelle que magnifique, a prétexté un manque de rentabilité probable (vilains pirates que ces PCistes) pour ne pas la mettre à disposition des joueurs Windows. Certains diront d'aller la regarder sur Youtube, ce qui est sacrément triste pour un jeu qu'on a payé il faut l'avouer. Je ne l'ai pour ma part pas fait et ne compte pas le faire, la fin du jeu "de base" me convenant tout à fait. Elle ne me parait pas incomplète mais cohérente avec l'aspect légendaire et simple(iste) de ce scénario de conte - je la trouve même touchante et, en ce sens, parfaite en l'état. L'intérêt du scénario repose avant tout sur les épaules de ses deux personnages principaux, loin d'être renversants de charisme mais assez attachants malgré tout, avec un prince désinvolte aux répliques malvenues qui se sent obligé d'oser constamment un humour aléatoire comme s'il avait trop regardé La Momie ou Indiana Jones - ce qui a généralement le don de m'insupporter mais qui est étrangement passé, la qualité de la VF aidant.

Plus que le scénario, la collecte ou l'exploration, ce sont les mouvements qui font la force de cet épisode. Jonché quelque part entre les bases de la trilogie 128 bits (depuis devenue quadrilogie) et Assassin's Creed, la palette d'actions du nouveau prince est pensée pour s'enchaîner avec une grâce et une aisance très visuelles. On est pas là pour du hardcore gaming mais pour profiter d'une promenade, d'une danse de poutre en poutre faite de mouvements fluides annonciateurs de ce que sera Assassin's Creed. On se meut d'un mur à l'autre avec la délicatesse d'un prince et l'agilité d'un singe ; un véritable ballet fait de vagues et d'ondulations dont Elika est une parfaite partenaire. Jamais prise en défaut, sa présence, au-delà du régal romantique d'être accompagné tout le long de l'aventure à l'instar d'Ico ou de Lost in Blue, enrichit considérablement les chorégraphies. Les interactions entre les deux personnages qui se suivent et se croisent mais ne se percutent jamais sont particulièrement réussies. Quant à nos oreilles, elles se délectent du thème magique qui accompagne parfaitement ces acrobaties qui donnent vie à des visuels orientaux cell-shadés parfois très inspirés. Une vraie musique de grand film d'Aventure pour ce jeu avant tout contemplatif malgré son petit coup de vieux.

En définitive, ce Prince of Persia est un jeu foncièrement rustique au goût de plateformer à l'ancienne (la difficulté en moins) qui s'appuie sur des mécanismes viellots mais éprouvés. Il faut décidément aimer les vieilleries pour apprécier le nouveau Prince of Persia dont l'ambiance ne suffira pas à calmer les détracteurs. On continuera de se disputer à son sujet mais on pourra heureusement toujours compter sur Les Sables du Temps pour se réconcilier. Un titre sympathique à condition d'être sensible à ses qualités et insensible à ses défauts. Comme avec chaque jeu, non ?
Posté le : 30 mars 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
1 personne(s) sur 1 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
20 produits enregistrés
2 évaluations
20.4 heures en tout
Quel deception !
Je ne comprend absolument pas ce Meta score de 82 pour ce jeu.
Etant fan de la franchise pour les 3 jeux précedent, je me faisais une joie de retrouver le Prince de ♥♥♥♥♥. Et pourtant il semblerait qu'il ai perdu son ame lors de sa précédente aventure des Sables du temps...
L'exploration est monotone et il ne faut la plus part du temps que se contenter d'appuyer sur une touche unique, le jeu fera le reste....
Les combats sont mou et plutot interessant (l'adversaire le plus corsé étant le sbire de base que l'on affronte au début.)
Le jeu peu être réalisé entierement à l'aide d'une seul main tant il semble n'être qu'un énorme QTE d'une dizaine d'heure.
Rien n'est là hormis peu être la qualité graphique.
Plateform faible, Exploration ininteressante, Combat terriblement ennuyeux. Bref un QTE de 3 à 7 ans pour une prise en main facile de la manette, 1 touche= une action, voila qui ravira les plus jeunes......peu être.
Posté le : 8 juillet 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
1 personne(s) sur 2 (50%) ont trouvé cette évaluation utile
124 produits enregistrés
1 évaluation
3.1 heures en tout
Bon jeu, à la fois beau et plaisant dans le gameplay.
Posté le : 18 juin 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
1 personne(s) sur 3 (33%) ont trouvé cette évaluation utile
118 produits enregistrés
2 évaluations
9.7 heures en tout
j'ai rarement joué à un jeu aussi chiant même la fin est décevante, seuls les graphismes sont bons, j'ai payé le jeu 3 euros et c'était 3 de trop.
Posté le : 17 avril 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
0 personne(s) sur 1 (0%) ont trouvé cette évaluation utile
11 produits enregistrés
1 évaluation
5.9 heures en tout
Très bien quoi.
Posté le : 3 juillet 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non