Félicitations ! Votre nom a été sélectionné lors de la loterie du Ministère du Travail du mois d'octobre. Pour prendre vos fonctions, présentez-vous immédiatement au Ministère des Admissions du poste-frontière de Grestin. Un appartement de classe 8 vous a été affecté à Grestin Est. Vous pourrez vous y installer avec votre famille.
Évaluations des utilisateurs : Majoritairement positive (12,137 évaluation(s))
Date de parution: 8 août 2013

Connectez-vous pour ajouter cet article à votre liste de souhaits, le suivre, ou indiquer que vous n'êtes pas intéressé

Acheter Papers, Please

 

Recommandé par les curateurs

"I don't like this game, but I respect it. It made manning a passport station gripping and challenging, though it's certainly a grim tale."
Lire la critique complète ici.

Mises à jour récentes Tout voir (1)

19 mars

Papers, Please - Gamers Edition





Welcome to your new position at Grestin Border Checkpoint. This is your inspector's kit. Study the rulebook, inspect the sample documents and use the stamps liberally. Wear the pin to signify your new status and hang the poster proudly.

In the box:
  • Papers, Please Steam key
  • Labor Lottery keyring
  • Arstotzkan passport & paperwork set
  • Set of Arstotzkan stamps
  • Glory to Arstotzka poster
  • Department of Labor suitcase
  • Approved stamp, Denied stamp & Ink pad
  • Inspector’s pin badge
  • Arstotzkan Immigration Rule Book

This is a one-off compilation that will never be offered again, so grab one while you can.

Only fabbed if funded! Please take a look and spread the word. Thank you!

83 commentaires Lire la suite

Articles

“Buy, study, and share this game as an example of video games as true art.”
BUY – Ars Technica

“..it is absorbing, brilliantly written and causes you to question your every instinct and reaction - both in the game and in real life.”
9/10 – Eurogamer

“Papers Please is a fantastic idea, beautifully executed.”
8.7/10 – IGN

À propos de ce jeu

Félicitations !
Votre nom a été sélectionné lors de la loterie du Ministère du Travail du mois d'octobre.
Pour prendre vos fonctions, présentez-vous immédiatement au Ministère des Admissions du poste-frontière de Grestin.
Un appartement de classe 8 vous a été affecté à Grestin Est. Vous pourrez vous y installer avec votre famille.
Gloire à l'Arstotzka.



L'État communiste d'Arstotzka vient de mettre fin à 6 années de guerre contre son voisin, la Koléchie, récupérant ainsi le secteur de la ville frontière de Grestin qui lui revient de manière légitime.

Votre tâche, en tant qu'Inspecteur du service de l'Immigration, est de contrôler le flux de personnes désirant pénétrer sur le territoire arstotzke depuis la Koléchie. Parmi la multitude d'immigrants et de visiteurs à la recherche de travail, se cachent contrebandiers, espions et terroristes.

Muni uniquement des documents présentés par les voyageurs et de l'équipement rudimentaire d'inspection, de fouille et de vérification des empreintes digitales fourni par le Ministère des Admissions, c'est à vous de décider qui recevra l'autorisation d'entrer en Arstotzka et qui sera refoulé, voire mis en état d'arrestation.

Configuration requise

Windows
Mac OS X
SteamOS + Linux
    Minimum:
    • OS: Windows XP or later
    • Processor: 1.5 GHz Core2Duo
    • Memory: 2 GB RAM
    • Graphics: OpenGL 1.4 or better
    • Hard Drive: 100 MB available space
    • Additional Notes: Minimum 1280x720 screen resolution
    Minimum:
    • OS: OSX Mountain Lion (10.8)
    • Processor: 1.5 GHz Core2Duo
    • Memory: 2 GB RAM
    • Graphics: OpenGL 1.4 or better
    • Hard Drive: 100 MB available space
    • Additional Notes: Minimum 1280x720 screen resolution
    Minimum:
    • Processor: 1.5 GHz Core2Duo
    • Memory: 2 GB RAM
    • Hard Drive: 100 MB available space
    • Additional Notes: Minimum 1280x720 screen resolution
Évaluations intéressantes des utilisateurs
49 personne(s) sur 51 (96%) ont trouvé cette évaluation utile
1 personne a trouvé cette évaluation amusante
4.6 heures en tout
Posté le : 19 mars
FR
Impressions :
v. 0 -
La contre-utopie
“Papers, Please” est peut-être la pièce la plus subtile que je pourrais commenter. Désole d'avance, mais il le mérite bien, alors attendez-vous à un peu d'emphase.
Jamais quarante-deux Mo. n'auront été aussi ténus, aussi denses dans mon histoire des jeux vidéo. Il n'y a pas un pan, pas un seul aspect sur lequel “Papers, Please” soit faible (excepté le "grand spectacle" haha... ).
Design, mécanique interne, exigence envers le joueur, message véhiculé, subtilité dans le traitement du sujet, maturité, c'est un carton plein et ce, je le rappelle en quarante-deux Mo. (soit un screenshot 5K lossless non compressé).

Avant de le détailler, je souligne qu'il est l'un des rares titres à offrir un thème politique engagé, un thème qui pourrait déranger un ordre établi, un système... Cette prouesse il l'accompli en su du reste.
Assez de dithyrambes, on passe à un peu de dissection.

Vous êtes un garde frontière, le jeu propose une scène unique, le point d'entrée entre 2 états qui ont toutes les caractéristiques de ceux qui ont éclaté de l'intérieur du bloc soviétique après la chute du Mur.
La situation ? Les frontières s'ouvrent, des immigrants arrivent de votre côté du monde, en tant que joueur vous contrôlez leur passeport et tout autre document de voyage susceptible de justifier le passage de la frontière.
... et ça, ce mécanisme qui intuitivement semble absolument impropre à une transposition en tant que jeu fonctionnel opère d'une façon fulgurante.

C'est votre premier jour, on vous a sorti de votre condition précaire pour vous propulser fonctionnaire de la patrie. Dans votre aquarium vitré, en face duquel chaque migrant se présente, vous trouverez un petit manuel à lire. Il reprend les règles de base : qui peut passer, avec quoi, sous quelles conditions... La population défile alors. D’où le passeport a-t-il été émit , sa date de validité, morphologie de la personne, son sexe, sa dégaine, son parlé... Tout est élément de gameplay ! Si vous laissez passer un homme alors que son passeport mentionnait un sexe féminin alors une pénalité s'applique à votre salaire. Si vous refusez ladite personne : parfait, mais quid d'une femme qui ressemblerait à un homme ou bien si c'est un transgenre dans ce cas le refus d'entrer sur le territoire sera tout autant pénalisé... Vous pouvez interroger la personne qui sera plus ou moins coopérative (et plus ou moins vexée) pour vous donner les infos. dont vous avez besoin.
Bientôt des nationalistes furieux attaquent votre poste-frontière, la sécurité se renforce, certains pays sont désormais sur liste et noir et leurs ressortissants doivent être refoulés.
Un autre jour, une femme se présente à vous, elle craint pour sa vie et vous explique qu'elle a été trompée par un homme qui se révèle être à la tête d'un réseau de prostitution, elle vous demande de ne pas le laisser passer, vous indiquant qu'il passera bientôt. Que faites-vous ?

Passeport contrefait, fraude en tout genre viendront à vous avec le temps la situation géopolique se fragilise davantage et implique plus de règles, plus drastiques, plus autoritaires....
Le passeport initial comporte plus d'une dizaine de champs à contrôler et très vite s'ajouteront permis de travail, ticket d'entrée, dérogation spéciale, faussaire de plus en plus subtile...

Et après ? Comme mentionnez plus haut, il y a des pénalités de salaireL'intere ? Chaque phase de jeu représente "un jour", après la fermeture... vous rentrez chez vous où vive votre femme, votre fils et un aïeul quelconque. Il vous appartient d'allouer vos maigres ressources financières pour maintenir tout ce petit à flot. Chauffage, médicament, repas chaud, économie ? Vous faites quoi, c'est là une phase de micromanagement cornélienne et exigeante.
Le plus important c'est que plus vous abattez de cas dans votre journée de travail, plus vous avez d'argent, du coup vous allez vite devoir apprendre à expédier les gens qui vous arrivent. Allez-vous encore interroger cette personne dont vous ne parvenez à déterminer le sexe, ou bien cette femme provenant d'une région à risque ? allez-vous prendre le temps de lui imposer un scanner... ? Quoiqu'il arrive si en fin de journée vous rentrez chez vous pour découvrir que votre fils à la grippe, mais que vous n'avez pas l'argent pour le faire soigner, vous avez perdu.

Le lien entre votre abattage quotidien et votre famille est terriblement et brillamment tendu.

Les situations délicates se succèdent et le lien entre votre abattage quotidien et votre famille est terriblement et brillamment tendu. Même votre famille à part, nombre de cas subtils s'offrent à vous. Tous ces cas sont aléatoires, générés dynamiquement, tout comme l'apparence des personnes. Si quelque chose cloche, comme la date de validité comparez la date du passe-port et la date de votre horloge pour ouvrir les options d'incohérences, déclencher la ligne de dialogue permettant à la personne d'expliquer le problème ou de la renvoyer directement; à vous de devenir expérimenté de parvenir en clin d'oeil à sentir si la personne peut ou non passer la frontière.

Politiquement engagé, subtile, incisif. Unique

Notez q'un early access gratuit du prochain jeu "Return of the Obra Dinn" du créateur peut être trouvé ici : http://dukope.itch.io/return-of-the-obra-dinn
- -Smithfield
Ajoutez-moi, si…!
Critiques:Les règles
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
402 personne(s) sur 415 (97%) ont trouvé cette évaluation utile
1 personne a trouvé cette évaluation amusante
30.1 heures en tout
Posté le : 24 mars
East Grestin, 1982

Here comes that weird guy again. The one in the red sweater and with the crooked smile always plastered on his face. It's the third time already, this month.
I look at him through the glass as he waves at me in an oddly familiar way that makes me feel a little bit awkward.
«Old friend, hello! I am back again! This time everything set!». His voice is loud and cheerful, and I just can't help but wonder what the heck is wrong with him. There's nothing to be so happy about in this rotten place, you old geezer.
«Papers, please» I simply say, ignoring his greetings.
He grins while handing me his brand new passport. I chuckle. Definitely better than the last one, at least this one is not pre-approved.
«So this time you're from Obristan, I see, Mr... Jorji Costava? Is this even your real name?».
His grin grows even wider and he starts laughing again.
«You a funny guy. I didn't like Cobrastan that much anymore. Obristan sure is a better country». He speaks with a tick foreign accent that makes me wonder where he is really from.
«Cobrastan isn't even a real country, in the first place» I point out matter-of-factly. «Where's your entry ticket?».
His smile fades a little.
«Arstotzka so great, we don't need an entry ticket!».
«This is the same thing you said last time about passports. I'm sorry, an entry ticket is required». I hand his passport back.
«Wow, you run very strict border here». He puts his paper back in the pocket of his trousers, shrugging. «That is good. Do job right. I look for entry thing and come back».
Before leaving the booth, he stares intensely at me.
«You a good guy, but I have business in Arstotzka. I see you soon». He waves me goodbye and then disappears in the crowd, with that big careless smile on his face.

*

I keep staring at the ceiling of my bedroom. Afterall, it seems I can't really sleep at all tonight.
I can hear my wife coughing weakly beside me. The doctor said it's just a cold, but she's getting worse day after day. I'm slightly worried.
Our son is sleeping in the next room, the only one lit by the sun in the morning. He is turning 7 next week. I'd really want to buy him a special present for his birthday.
We are currently living in a small apartment provided by the Ministry of Admission, here in East Grestin. The rooms are small and the heather doesn't work half the time. On top of that, our neighbours are awfully nosy. Living here is not that great, but there's really nothing I can do about it.

*

A week has passed since Jorji Costava last showed up. Maybe he is having a hard time finding a fake entry permit. Maybe he just gave up. Quite unlikely.
The siren's ringing, another day of work is starting.
A tall figure silently enters the booth. He's wearing a green hood and his face is hidden behind a grey mask. I'm about to call the security, but he gently slides a paper note under the window and stares at me.
«There's no much time, be quick please». His voice sounds young- he's probably younger than me- and unusually relaxed.
My hands are shaking and I don't even know why.
There's an odd symbol drawn on top of the card, a star-shaped one. I slowly open the note and start reading. I can feel the masked guy's staring gaze on me.


ARSTOTZKA IS GREAT COUNTRY POISONED BY CORRUPT LEADERS

WAR HAS MADE GOV'T GREEDY AND PARANOID - YOU HAVE SEEN FOR YOURSELF

HELP US FREE ARSTOTZKA FROM ITS SHACKLES

+ THE ORDER OF THE EZIC STAR


I'm in a cold sweat.
I look up at the masked guy, I'm at a loss for words.
«Our agents are ready», he helds out his hand, eyeing the card. «Starting tomorrow. Let them pass».



In Papers, Please you play as an immigration inspector working for the Ministry of Admission of Arstotzka in East Grestin. Your job is to check on people trying to enter Arstotzka and decide who can pass through the border and who has to be denied or even arrested.
Most of the time, your decisions will lead to a different ending (not always a good one!).
Choose wisely, the destiny of Arstotzka, your family and many other people is in your hands.


Pros:
-Well written dystopian setting
-20 different endings
-Lovely retro graphics
-Jorji Costava
-Great plot and sub-plots
-Shooting terrorists from your inspection booth since 1982
-Did I already mention Jorji Costava?


Cons:
-Maybe old school graphics are not everyone's cup of tea (I personally love it though)
-Stamping visas and check out papers will probably sound boring to someone
-There's no "Escape to Obristan with your newfound best friend Jorji" ending

Papers, Please is hands-down one of my favorite games. Be sure to give it a try, you definitely won't regret it.
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
3 personne(s) sur 3 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
1 personne a trouvé cette évaluation amusante
16.8 heures en tout
Posté le : 21 juin
« Papers, please » ou « Papiers, s'il vous plaît » : une phrase que vous aurez l'occasion de rencontrer souvent dans ce jeu, puisque c'est tout simplement ce que demande l'inspecteur au service de la Glorieuse Arstotzka que vous incarnez à chaque immigrant qui arrive au poste-frontière de Grestin !
Eh oui ! votre mission dans ce jeu, c'est de vérifier les papiers de chaque personne qui souhaite passer la frontière ! L'idée est simple, mais les éléments qui en découlent riches ! Vous vous retrouvez plongé dans un univers totalitariste intéressant et développé, où s'y trouvent également des personnages que vous rencontrerez et auxquelles vous serez confronté à faire des choix moraux et difficiles, ou bien tout au contraire, grâce auxquelles vous ferez l'expérience de quelques touches d'humour présentes dans le jeu (on pense notamment à notre ami Jorji).
Les choix que vous aurez à faire jouent un rôle très important dans Papers, Please, donnant accès en effet à une multitude de fins possibles et ayant une influence sur le destin des personnages du jeu, ce qui fait la richesse de ce dernier.
La bande-son, bien que comportant seulement trois morceaux si je ne m'abuse, est bien évidemment simple, mais suffisante et très belle. Je pense surtout au thème principal qui est magnifique, bien que très basique.
La jouabilité est très facile d'accès aussi, vous n'avez besoin que de votre souris, et si vous avez envie, vous pourrez toujours vous aider du clavier ensuite !
Pour finir, les graphismes sont eux aussi élémentaires, mais très bien aussi, surtout que l'on a l'occasion de rencontrer des centaines de personnages ayant une infinité de visages différents !
Bref, Papers, Please est pour moi un très bon jeu, simple au premier abord mais très riche ! Gloire à Arstotzka !
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
3 personne(s) sur 3 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
8.0 heures en tout
Posté le : 21 juin
Complétement atypique, ce jeu se doit d'être fait pour son humour décalé, son gameplay simple mais diabolique et surtout sur ses différentes fin à débloquer.
Aucune réelle prise de tête, le jeu disose de même d'une replay value sympathique, mais ne devrais satisfaire que 10h de votre existence tout au plus !

Ah oui, Glory to arstotzka !
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante
3 personne(s) sur 3 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
23.9 heures en tout
Posté le : 26 juin
excellent !

en general , je deteste les jeux d'observations, comme le jeu des 7 différences, ou celui ou il faut retourner les cartes par paire, etc. Mais là...

Tellement bien inspiré, avec un scénario excellent et ce fond humoristique sur le communisme des années froides. Les fins multiples, fonctions de votre façon de faire.

Merci M. Lucas Pope

Gloire à l'Arstotzka.

*s'en va en marche militaire"
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non Amusante