Hell is an experiment you can't survive in Outlast, a first-person survival horror game developed by veterans of some of the biggest game franchises in history. As investigative journalist Miles Upshur, explore Mount Massive Asylum and try to survive long enough to discover its terrible secret... if you dare.
Évaluations d'utilisateurs : Majoritairement positive (11,779 évaluation(s))
Date de parution: 4 sept 2013

Connectez-vous pour ajouter ce jeu à votre liste de souhaits ou indiquer que vous n'êtes pas intéressé

Acheter Outlast

 

Recommandé par les curateurs

"Perverse, genuinely frightening, and uncompromising in its horrific scenarios, an indie horror game that isn't just YouTube bait."
Lire la critique complète ici.

Mises à jour récentes Tout voir (3)

30 avril

New Patch Released (April 30th 2014)

We've just released a new patch for Outlast today.

It's a little over 1Gb. It includes:

- Support for Whistleblower DLC (to be released next week, May 6th!)
- Adding Achievements
- Adding the Insane mode: one life at hardest difficulty. Good luck :)
- Support for Japanese language
- Lots of small bug fixes and improvements

Enjoy!

219 commentaires Lire la suite

Articles

“Easily one of the scariest games I've ever played”
9.5/10 – Bloody Disgusting

“"...what (Outlast) can definitely claim to be is a great game... It’ll also intrigue, terrify and surprise you. Outlast is not an experiment in how games can be scary, it’s an exemplification...”
Rock Paper Shotgun

“Outlast is the perfect nightmare. ...it's absolutely petrifying. I love it”
4.5/5 – Joystiq

À propos de ce jeu

Hell is an experiment you can't survive in Outlast, a first-person survival horror game developed by veterans of some of the biggest game franchises in history. As investigative journalist Miles Upshur, explore Mount Massive Asylum and try to survive long enough to discover its terrible secret... if you dare.

Synopsis:

In the remote mountains of Colorado, horrors wait inside Mount Massive Asylum. A long-abandoned home for the mentally ill, recently re-opened by the “research and charity” branch of the transnational Murkoff Corporation, the asylum has been operating in strict secrecy… until now.

Acting on a tip from an anonymous source, independent journalist Miles Upshur breaks into the facility, and what he discovers walks a terrifying line between science and religion, nature and something else entirely. Once inside, his only hope of escape lies with the terrible truth at the heart of Mount Massive.

Outlast is a true survival horror experience which aims to show that the most terrifying monsters of all come from the human mind.

Features:

  • True Survival Horror Experience: You are no fighter - if you want to survive the horrors of the asylum, your only chance is to run... or hide
  • Immersive Graphics: AAA-quality graphics give players a detailed, terrifying world to explore
  • Hide and Sneak: Stealth-based gameplay, with parkour-inspired platforming elements
  • Unpredictable Enemies: Players cannot know when - and from where - one of the asylum’s terrifying inhabitants will finally catch up to them
  • Real Horror: Outlast’s setting and characters are inspired by real asylums and cases of criminal insanity

Warning:

Outlast contains intense violence, gore, graphic sexual content, and strong language. Please enjoy.

Configuration requise

    Minimum:
    • OS: Windows XP / Vista / 7 / 8 - 64 bits *
    • Processor: 2.2 GHz Dual Core CPU
    • Memory: 2 GB RAM
    • Graphics: 512 MB NVIDIA GeForce 9800GTX / ATI Radeon HD 3xxx series
    • DirectX: Version 9.0c
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 5 GB available space
    • Sound Card: DirectX Compatible
    • Additional Notes: * 32 bits systems are not officially supported, but should work if configured to provide 3Gb of user-mode address space. See http://msdn.microsoft.com/en-us/windows/bb613473 or http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=175801311
    Recommended:
    • OS: Windows Vista / 7 / 8 - 64 bits
    • Processor: 2.8 GHz Quad Core CPU
    • Memory: 3 GB RAM
    • Graphics: 1GB NVIDIA GTX 460 / ATI Radeon HD 6850 or better
    • DirectX: Version 9.0c
    • Network: Broadband Internet connection
    • Hard Drive: 5 GB available space
    • Sound Card: DirectX Compatible
Évaluations intéressantes des utilisateurs
25 personne(s) sur 27 (93%) ont trouvé cette évaluation utile
7.2 heures en tout
Ooutlast est un très bon jeux, graphiquement il est beaux surtout les effets de lumières le sang etc...

Les musique sont vraiment flippante, les ennemies aussi est certaines scènes sont assez gore!

L'histoire est plutôt pas mal mais le jeux va assez vite a finir.

Bref n'hésitez pas a l'acheter surtout pour flipper!
Posté le : 11 mai
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
32 personne(s) sur 49 (65%) ont trouvé cette évaluation utile
8.5 heures en tout
J'ai acheté ce jeu parce qu'on m'a dit qu'il y avait deux mecs qui se baladaient nus....
Posté le : 30 août
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
5 personne(s) sur 5 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
3.9 heures en tout
Pour faire court, vous prenez Amnésia, avec un soupçon de Blair Witch, vous mettez le tout dans un asile bien sordide, et PAF, sa fait OUTLAST!

Une immersion exceptionnelle ! La descente aux enfer se fait à grand feu ^^

Ce jeu met énormément la pression au joueur, personnellement, je n'ai réussi qu'à jouer une quinzaine de minutes XD

Pour les fans d'horror game, ce jeu est totalement fait pour vous !

9.5/10
Posté le : 12 avril
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
3 personne(s) sur 3 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
11.8 heures en tout
Le seul jeu solo que j'ai achete sans hésité, ansi que la DLC
Super jeu, ambiance bien glauque, sous titre en Français parfois un peu dur a tout lire mais c'est pas vraiment grave car grâce aux documents trouver dans le jeu on peut comprendre l'histoire.
EXCELLENT Graphisme EXCELLENTE prise en main.
Interdit aux cardiaques et aux pc pourris ou les deux en même temps ^^
Durée de vie assé bonne, parfois pas évident pour trouvé les passages dans le jeu (ce qui augmente la durée de vie forcément)
Les screens que vous pouvez voir dans le magasin de steam c'est de la daube par rapport a ce que vous allez voir et subir dans le jeu !
L'angoisse va monté quand vous croiserez vos Boderlines favoris au bout d'un couloir ou........ :D
Bonne partie dans la peur et la sueur froide glacial d'Outlast, et au faite.......Bienvenue dans vos pire cauchemars !!
Posté le : 3 juillet
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
579 personne(s) sur 630 (92%) ont trouvé cette évaluation utile
16.8 heures en tout
Personal Rating: "Worth playing"
Traditional Rating: 8.5/10
Genre: Survival Horror

For me - Outlast arrived on wave of hype after watching IGN's clip of the game scaring the crap out of many of its contributors. Personally, I love being terrified in gaming but alas very few horror games have been able to chill my blood to the bone and leave a path of sweat trickling down my back. Games like Resident Evil and Silent Hill had the market sown up in the early days but for this gamer they were nothing more than a snooze fest than an actual scare fest. Thanks to the buoyant indie scene horror seems to be coming into its own and particularly on the PC.

A lot can be said how the original Amnesia: The Dark Descent changed the name of the game. By simply placing an ordinary and often troubled main protagonist into a world with no way of defending themselves but instead running and hiding from the terrors of the night developers where finally able to allow pure horror to emerge from the shackles of weaponry.

Outlast takes place in a mental asylum on a dark and stormy night (what doesn't get scarier than that) as you take control of a journalist, Miles Upsher, who acting on a tip-off that things are not well at all at the Mount Massive Mental Institute decides to take poke around to see if there is a valid story worth printing. Armed with nothing more than a hand held cam-corder his investigations will uncover a dark and deeply disturbing secret housed within its walls. It's better the player enter this sick and twisted world with as little information as possible so avoid youtube playthroughs and other detailed reviews until you have played it yourself.

Gameplay wise Outlast employs the same mechanics set about by Amnesia with the exception that the main character can now vault over obstacles in his course whilst fleeing from some of the most disturbing characters ever created for gaming. In between filming what you see you will be doing a lot of frantic running and hiding lest you forfeit your life.

On a scariness level - Outlast succeeds admirably even outdoing Amnesia at its own game. This is truly a terrifying experience (up the ante by turning all the lights off and playing with headphones on) and with fantastic AAA style graphics truly immerses you in a world of horror that is coupled with a sparse but very tense soundtrack. The audio for Outlast and the various sound effects it employs to scare it players is top notch.

If I have one complaint about the game, it's that it gets bogged down by its length. For a horror game to be truly terrifying it needs to be able to sustain that tension and usually tension of this sort can only be sustained for a short period before it becomes rather rote and unfortunately Outlast does become rote somewhere in the middle. It seems the developers (Red Barrels) were far too in love with the idea of scaring gamers that they missed the number one rule - brevity! By the time Outlast reaches the final stages of its story it picks up a bit again (the story it tells is quite a good one for a game of this nature) although it does rely yet again on what's been told countless times before in the movies/print media so you probably won't be particularly surprised or shocked at its outcome.

The DLC - called Whistleblower - that can be purchased to supplement Outlast is a truly harrowing afffair and I would say up's the scariness level by 10. Playing Whistleblower in the dark with the headphones on I could only sustain minutes rather than hours before actually developing a tension headache and on more than one occasion I was literally screaming out aloud in absolute terror (frightening the rest of my household). The main villain in the asylum for this piece - a cannibalistic psycho with an electric chainsaw - is literally the stuff nightmares are made of and had my skin crawling for the majority of the DLC's length. The DLC also succeeds admirably when it comes to the tension because its literally over in 4hrs. I would love to see more additions to the main game like this campaign because I really enjoyed the DLC.

As it stands - Outlast is now my favorite horror game on the PC. It does frustrate me a little that developers, and that includes the Amnesia Developers, still haven't gotten the pattern down perfectly yet (there is no need to artificially inflate your game when it's a horror game) but for a start this is a game headed in the right direction. Lets hope they get hold of a good editor should there be a sequel.
Posté le : 16 juin
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
195 personne(s) sur 199 (98%) ont trouvé cette évaluation utile
6.9 heures en tout
Outlast a fait pas mal de bruit à sa sortie. Nouveau survival-horror axé avant tout sur la fuite et le sentiment de vulnérabilité du joueur, dans la droite lignée d'Amnesia. Certains le considéraient même comme encore plus flippant que ce dernier; j'étais donc assez curieux de constater cela par moi même et après y avoir joué je peux dire que je comprends pourquoi certains le considéraient comme l'élève ayant dépassé le maître. Même si je ne suis pas du même avis. Beaucoup plus beau et avec un assez bon "body awareness" (le fait de voir son corps quand on regarde à ses pieds dans un FPS, qu'on voit nos bras ouvrir les portes appuyer sur des boutons, etc ...), Outlast peut se vanter de proposer une très bonne immersion, je vous recommande d'ailleurs d'enlever le viseur qui sert uniquement pour les interactions (qui ne nécessitent pas une grande précision) et les messages d'aides dès que vous aurez compris les mécaniques de bases. Pas d'inventaire ni de barre de vie. Vous voilà donc seul face à l'asile, sans rappel de votre statut de joueur, avec pour tout menu un accès à vos notes personnelles et à celles trouvées ça et là.

Vous incarnez donc un journaliste d'investigation visiblement à la recherche d'un scoop, qui suit une piste pour dénoncer les agissements douteux ayant cours au sein d'un asile psychiatrique. Armé de votre caméra avec zoom et vision nocturne, vous décidez d'enquêter sur les lieux. Je n'en dis pas plus sur le scénario, c'est plus fun de découvrir par soi-même.

L'ambiance est assez malsaine, globalement assez proche de la deuxième saison d'American Horror Story (Asylum) pour ceux qui connaissent, on y côtoie le lugubre, le glauque et le carrément malsain. Toutefois, le joueur découvre assez vite ce qui va lui imposer l'achat d'un stock de couches. Un des principaux atouts d'Outlast pour instiller la peur réside dans les "jumpscare".

Là, certains d'entre vous dirons "zut" et ils auront partiellement raison. Mais juste partiellement.

Pour ceux du fond qui ne suive pas, un "jumpscare" est une méthode classique du cinéma et des jeux vidéos qui consiste à foutre un gros truc inattendu à la gueule du joueur/spectateur au moment où il s'y attends le moins. Ça peut être un gros bruit assourdissant (généralement un cri) après de longues minutes de silence oppressant, ou une image qui surgit d'un seul coup au premier plan quand on pensait qu'il n'y avait rien. Le plus souvent c'est les deux à la fois. C'est une technique que je trouve habituellement assez pauvre et bien souvent la preuve que les développeurs n'avaient aucune imagination pour insuffler la peur à leur joueur. On en retrouve pourtant dans des classiques comme Dead Space avec le fameux coup du bruit soudain d'un côté et du monstre qui sort de l'autre, par conséquent dans le dos du joueur. Ou dans des moins classiques comme Doom 3 ou vous avez une dalle qui tombe subitement du plafond ou une fuite de gaz soudaine, TATATAAAA ! Ouais, trop la flippe, concrètement c'est le même effets qu'un mec qui vous hurle "BOUH" dans les oreilles alors que vous étiez peinard en train de lire votre bouquin. Ça fait sursauter mais c'est pas plus flippant que mon relevé de notes, et certainement moins effrayant que mes perspectives d'avenir. Bref, c'est juste horripilant.

Seulement voilà, si Outlast use et abuse du jumpscare, il le fait avec talent, et il n'inflige pas au joueur le stéréotype usé jusqu'à la corde du "trololol, t'as flippé ta race mais en fait y'avait rien, mdr". Non, dans Outlast, les jumpscares sont savamment dosés, et le plus souvent disposés là où il faut, de sorte qu'on ne les vois pas arriver. Et quand ils arrivent, on se surprend à gentiment perdre ses moyens et àAAAAAH PUTAINLACHEMOILACHEMOILACHEMOI !!!

Saleté ! C'était quoi ce truc bordel ?

Yup, c'est plus ou moins ma réaction intérieure à chaque jumpscare, on ne le vois pas venir, et lorsqu'il est là, non seulement il nous faire sursauter bien violemment, mais aussi et surtout il maintient notre rush d'adrénaline assez longtemps dans les secondes qui suivent pour nous faire comprendre que non, c'est pas juste un bruit pour faire peur, c'est une putain de menace pour ta santé physique et mentale qui va brutalement violer ton innocence et tenter de t'arracher quelques bouts de viande au passage. Outlast m'aura donc bel et bien fait plus sursauter qu'Amnesia mais il n'aura pas su instiller une angoisse permanente et aussi profonde dans chaque minute de jeu.

En dehors de ça l'univers est bien glauque, le scénario quoique peu développé (presque exclusivement à travers les notes) est assez sympa avec notamment UN rebondissement qui m'a bien surpris sur le coup (pour peu qu'on ait évité tout spoiler, méfiez vous donc). Chose curieuse et originale, Outlast ne joue pas systématiquement la carte de l'isolation chère aux Survival Horror, là où c'est intelligent c'est qu'au sein de l'asile, rien ne vous permet de discerner les patients dangereux des simples lunatiques (encore que certains seront à fuir au premier coup d’œil, je vous l'accorde), vous vous retrouvez donc parfois à vous balader au milieux de légumes lunatiques en priant pour qu'aucun d'entre eux ne décide soudainement de prendre votre boite crânienne pour une piñata. Le jeu sur la lumière est également très réussi avec l'usage de la vision nocturne, pour une fois il y a une légitimité à ce que le personnage se trimbale en permanence avec une caméra, je vous recommande d'ailleurs de l'avoir allumée le plus souvent possible, j'ai comme l'impression que les notes du personnages découle uniquement de ce qu'il filme. A confirmer. Seule l'usage de la vision nocturne vous coûtera de la batterie de toute façon, l'effet est d'ailleurs remarquablement bien rendu avec un grain à l'image et la luminescence des yeux, on s'y croirait. Question gameplay ceci dit je tiens à souligner l'absence totale d'énigme (ce qui est toujours fun sous la pression quand même, un peu dommage donc) et des ennemis qui nous rattrapent parfois trop facilement, à tel point qu'ils ne font plus vraiment peur par eux-même mais plus pour le game over lorsque ça deviens du Die & Retry, LE gros piège de tout survival horror. Mais ça c'est peut-être parce que j'ai foutu la difficulté à fond, je ne sais pas si l'I.A s'en trouve également changée ou si ça influe uniquement sur les dégâts et le nombre de piles (pour un total de deux. Oui. Deux. le joueur dois pas avoir de poches et se carrer la deuxième dans

En somme, Outlast est un assez bon survival horror, relativement court (comptez environ 6 heures pour en venir à bout, c'est peu mais le prolonger davantage aurait ruiné l'expérience, je conseille quand même d'attendre une promo steam pour l’acquérir du coup) mais c'est intense, l'ambiance n'y est peut-être pas aussi malsaine et dérangeante que dans The Dark Descent mais là c'est peut-être mon côté fan de Lovecraft qui parle, ça reste bien sordide dans son genre. Comparés aux "Amnesia" qui sont pour moi les ténors du genre, je considère globalement Outlast comme étant moins abouti que "The Dark Descent" mais plus efficace que "A machine for pigs". Une bonne descente aux enfers bien glauque ou le joueur n'est qu'une gentille petite souris entre les mains d'un jeune étudiant en médecine qui n'y connait rien mais semble bien décidé à apprendre le métier le plus vite possible.

http://www.senscritique.com/jeuvideo/Outlast/critique/25087768
Posté le : 8 janvier
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non