À la une
Jeux
Logiciels Démos ACTUALITÉS Recommandations
Escape Goat is a puzzle platformer where you take control of a goat, who has been imprisoned for witchcraft, and overcome traps and obstacles to escape the Prison of Agnus. Fear not, for with your supreme agility, sturdy horns, and the help of a magic mouse friend, you can turn the tables on foes and use the environment to your advantage.
Date de parution: 14 jun 2012
Visionner la vidéo HD

Acheter Escape Goat

Articles

“Escape Goat does a bang-up job of providing those all-important "a-ha!" moments of satisfaction, when you solve a puzzle, or get the timing of some jumps just right, and manage finally to complete an area. That's what keeps you playing right through to the end.”
8/10 – IGN

“… incredibly fun puzzle platformer with a rockin’ soundtrack.”
Destructoid

“With the ability to tackle levels at your own pace, and some masterfully-tuned difficulty, we can guarantee that you’ve never played a better goat-centric game.”
GamesRadar

Steam Greenlight

À propos du jeu

Escape Goat is a puzzle platformer where you take control of a goat, who has been imprisoned for witchcraft, and overcome traps and obstacles to escape the Prison of Agnus. Fear not, for with your supreme agility, sturdy horns, and the help of a magic mouse friend, you can turn the tables on foes and use the environment to your advantage.

  • Ten unique zones to conquer. Can you reach and rescue the friendly sheep in each?
  • Tackle over 50 rooms of puzzles. Find hidden machinery and destructible elements to transform them and reach the exit!
  • Built-in, fully featured level editor. Create, modify and share entire game worlds.

Escape Goat reigned for 20 months at the #1 spot on the IndieGamerChick leaderboard (November 2011-July 2013)!

The sheep are slumbering... can you awaken them all?

Configuration requise (PC)

    Minimum:
    • OS: Windows XP Service Pack 3
    • Processor: Dual Core CPU
    • Memory: 1 GB RAM
    • Graphics: DirectX 9.0c compatible video card
    • DirectX: Version 9.0c
    • Hard Drive: 100 MB available space

Configuration requise (MAC)

    Minimum:
    • OS: Snow Leopard 10.6.8
    • Processor: Dual Core CPU
    • Memory: 1 GB RAM
    • Graphics: OpenGL 3.0+ support (2.1 with ARB extensions acceptable)
    • Hard Drive: 100 MB available space

Configuration requise (Linux)

    Minimum:
    • OS: glibc 2.15+, 32/64-bit. S3TC support is NOT required.
    • Processor: Dual core CPU
    • Memory: 1 GB RAM
    • Graphics: OpenGL 3.0+ support (2.1 with ARB extensions acceptable)
Évaluations intéressantes des utilisateurs
5 personne(s) sur 5 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
479 produits enregistrés
22 évaluations
1.3 heures en tout
Il est super ce jeu! C'est un mix de plateforme/réflexion/puzzle. Personnellement j'adore!
Il existe une version plus récente, le 2: plus jolie graphiquement.
Mais ne vous y trompez pas! Ce n'est pas car les graphismes sont un peu moins jolis que ça veut dire moins bien!
D'autant plus que les musiques sont étonnament très réussies et envoutantes!
Ajoutez à ça un éditeur de niveaux, une jouabilité impeccable et les cartes steam pour ce premier épisode et vous aurez compris que vous auriez vraiment tord de vous en passer.
Posté le : 4 juin 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
4 personne(s) sur 4 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
705 produits enregistrés
53 évaluations
9.2 heures en tout
Ah ... Escape Goat. Dans la jungle des puzzle/plateformers qui inondent le marché, difficile de trouver son compte. Si vous êtes du genre à ne pas apprécier le type, essayez le tout de même, dans le cas contraire, c'est un coup de coeur assuré.

Car le jeu ne fait pas dans la maladresse de nombreux puzzle/plateformers lassants, répétitifs et coincés entre l'aspect "plateforme" et "puzzle" sans trop savoir de quel côté il tend. La petite chèvre est vive, ses sauts sont souples et négociables, son inertie est juste, et elle peut faire un dash en avant à sa guise. Choses qu'il faudra apprendre à maîtriser si l'on veut parfois prendre des raccourcis et gagner de nombreuses secondes, car la biquette peut aller jusqu'à deux sauts et un dash maximum une fois dans les airs. Les puzzles sont inventifs et on se demande à l'arrivée dans une nouvelle salle de ce qu'ils vont nous réserver.

La vulnérable chèvre sera aidée par une petite souris, que l'on peut invoquer à volonté, et qui pourra se frayer un chemin et activer les mécanismes voulus, quand la première ne sera pas assez fine pour passer. Et là vous vous dites : "on va encore nous faire le coup du gameplay en deux temps, avec un gimmick offert par la souris pas vraiment utile". Sauf qu'ici, il faudra l'utiliser proprement, et gérer souvent la petite chèvre en même temps, quand on peut carrément même échanger sa place avec le rongeur si on a obtenu le chapeau magique - qui peut trainer dans certaines salles.

Car quand on parle des salles, elles sont toutes de la dimension d'un écran. On les enchaine en empruntant la porte de sortie à chaque pièce. Chaque lot de 6 salles est disponible à travers un hub, et il faut savoir que l'on peut passer 2 d'entre eux parmi les 8 débloqués progressivement. En comptant le prologue et l'épilogue ça nous fait un peu plus d'une cinquantaine de puzzles, tous aussi variés visuellement que dans leur conception. Si la partie graphique ne plaira pas à tout le monde (style 8-bits), Magical Time Bean s'est concentré sur un gameplay aux petits oignons, et la partie sonore offrira probablement la moitié du plaisir que l'on tirera du jeu - du synthé façon 90' aux petits airs baroques qui me font des guilis dans la partie située sous la ceinture.

Pour finir, le fait que le design de certains niveaux laissent de nombreuses opportunités de raccourcis satisferont les rookies amateurs de la complétion à 100% - exigeant de réaliser certains challenges dans certaines salles - et les speedrunners qui se sont déjà amusés à roder le jeu. À ce sujet, l'achievement le plus difficile exige de finir sous 45 minutes, ce qui est loin d'être insurmontable, puisqu'il est recommandé de s'entrainer dans les salles déjà débloquées avec une fois le jeu terminé (j'ai fait 25 minutes avec un peu de patience).

S'il faudra 3-4 heures environ pour parcourir le jeu une première fois, on passe jusqu'à presque jusqu'à 9-10 heures pour un 100%. La difficulté est progressive et le jeu est abordable même pour les ceux qui ne mangent pas du genre à tous les petits matins. Pour les joueurs "hardcores/masocores", finir le jeu donnera accès à de nouvelles salles extrêmement difficiles - "All Intensive Purpose" - qui me donnent des frissons et des sueurs froides rien qu' en y pensant. Aussi, un éditeur de niveau bien fichu est intégré au jeu, et il nous fera regretter l'absence du Steam Workshop pour plus de facilité à échanger nos oeuvres, au jour où j'écris ces lignes.

Ah oui, et c'est 5€ hors promotions, alors faites-vous plaisir. /!\ Manette vivement recommandée /!\
Posté le : 9 août 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
1 personne(s) sur 1 (100%) ont trouvé cette évaluation utile
122 produits enregistrés
3 évaluations
4.0 heures en tout
Comment devrais-je débuter cette chronique ? Ce jeu est tout simplement excellent, et je vais vous dire pourquoi.

Premièrement, l'ambiance générale nous plonge directement dans l'histoire qui est simple, notre petite chèvre est emprisonnée pour sorcellerie, et elle doit errer pour l'éternité dans cette prison. Les musiques sont magnifiques ! Rythmique, entraînante, et pour chaque tableau la musique est parfaite.

Deuxièmement, le graphisme digne d'un excellent jeu plate-forme de la SNES ou de la Megadrive, reste "peut-être" simple, mais on a pas besoin de plus. On a besoin de comprendre où on se trouve et où on doit aller, et le jeu y parvient très bien.

Troisièmement, la mécanique de jeu est très bien huilée, des plates-formes, des boutons, des objets que l'ont doit débloquer et/ou récupérer. Simple, mais extrêmement efficace et surtout addictif.

Pour conclure, ce jeu est excellent, addictif, efficace, beau sans superflu. Digne des très bons jeux sur console rétro, si vous êtes fan des jeux de plate-forme, ce jeu est pour vous. Et les néophytes, qui n'ont pas connus ce genre de jeu au "style rétro", procurez le vous. Et vous deviendrez vite fan !
Posté le : 4 mai 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
2 personne(s) sur 3 (67%) ont trouvé cette évaluation utile
566 produits enregistrés
23 évaluations
4.6 heures en tout
Escape Goat a tous les bons goûts. Si les reviews devaient tenir en un quart de tweet, ça donnerait cette phrase. Et vous pouvez compter, y'a 34 caractères. Sur les 35 permis. À moins que mon niveau en maths ait drastiquement chuté depuis cette douce époque où j'étais nul à chier en la matière.

Le bon goût de son genre. Un puzzle platformer, ce n'est pas une mince affaire. Niveaux trop courts, trop longs, insatisfaisants ou frustrants, réussir à toucher du doigt l'équilibre entre les différents facteurs qui définissent cette composante ô combien revêche qu'est le fun, c'est déjà beau, en soi, quelque part. Un peu comme un casu marzu tient lieu de clou du spectacle chez les amateurs de surströmming. Oui, elle est douteuse mon analogie. Et ? Au moins j'essaie, moi, môssieur.

Le bon goût de sa durée. Contrairement à nombre d'invités surprise, EG (vous permettez que je surnomme le bestiau EG, hein ? HEIN ?) ne s'incruste pas. Il vient, vous passez du bon temps avec lui, et puis quand l'hôte commence à bâiller il s'en va en saluant poliment. Le genre d'invité qu'on voudrait voir plus souvent quoi. D'ailleurs ça tombe bien, il est revenu. Mais c'est une autre histoire.

Le bon goût de sa difficulté. Jamais les énigmes ne sautent au-dessus du requin, jamais on ne sent que les choses deviennent plus corsées, jamais on ne se sent frustré par la facilité, rarement par la difficulté - et même alors, on fait une pause, on revient le lendemain et la solution apparaît comme par magie sous nos yeux ébahis.

Le bon goût de son ambiance. Le pixel art, à la longue, c'est écœurant. Les chiptunes aussi, d'ailleurs (à l'inverse de leurs semi-homonymes à base de pommes de terre). Et pourtant EG est immédiatement prenant. Force est de constater que, si l'on abuse pas des aigus, si on ne fait pas de l'art pour l'art, la sauce continue d'être ce magnifique complément semblable à celui qui accompagne les tacos (venez pas vous plaindre si vous avez faim, maintenant, mmh).

Le bon goût de ses contrôles. Prise en main immédiate, réactions immédiates, confort complet que ce soit au clavier ou à la manette (quoique la seconde soit clairement à privilégier). Pas de manipulations compliquées, le gameplay est ici au service du joueur. Et ça, c'est bon.

Le bon goût de son sadisme. Je parlais plus haut de la difficulté, permettez que j'en remette une couche vite fait, de manière plus pointue. Le jeu inclut, une fois terminé, un mode plus difficile. Si vous avez trouvé le jeu trop facile (et entendons-nous bien, c'est tout à fait possible. S'il est plus épineux qu'un Portal, ce n'est pas de beaucoup)... ma foi le créateur lui-même avoue sans honte avoir du mal avec ce mode. Bref, si vous en redemandez, vous serez servi.

Tout dans tout, Escape Goat réalise le sans-faute. Pour peu que l'on ne soit pas complètement réfractaire à la 2D et aux jeux old-school, il y a là-dedans de quoi faire fondre sinon les cœurs, du moins les résistances et quelques neurones. On en demande pas plus, et en cela le jeu remplit parfaitement sa mission : il est l'un des meilleurs puzzle platformers disponibles.

Voire le meilleur. Mais cette ligne n'engage que moi.
Posté le : 3 juin 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non
20 personne(s) sur 24 (83%) ont trouvé cette évaluation utile
906 produits enregistrés
160 évaluations
2.3 heures en tout
I like to think of Escape Goat as "the little game that could". Launching first on the highly flawed and crowed Xbox Indie Game Market, it garnered a cult following that pushed it ahead of the seemingly endless shovelware that littered the platform, eventually making its way to Steam and even getting a sequel. Despite the acclaim, I've been sitting on the sidelines, still unconvinced by the unimpressive graphics and seemingly basic design. As is often the case though, my first impressions couldn't have been further from the truth, as Escape Goat more than lives up to its well deserved reputation.

Locked in a dungeon, you play as a magical goat with a magical mouse friend, on a journey to escape and bring with you the magical sheep who have been trapped for an eternity for crimes of witchcraft. To get to these sheep however you must first solve a series of puzzle rooms, the contents of which can be anything from harmless blocks to fire casting Reapers. Because of its nonlinear structure, there isn't any way for your abilities to grow overtime or otherwise have the game expand and evolve the further you get, but far from being a handicap the developer uses this potential limitation to craft remarkably consistent levels. There's no gradual rise in difficulty or sharp spikes later on, but instead a constant stream of challenging but not frustrating level designs that feel incredibly satisfying to complete.

You may only have less than a handful of moves and abilities, but the ways these can be applied to levels continues to broaden as different areas showcase various applications of them that never would have occurred to me to even try. It's this continual progression of what you think you can do without actually changing anything about your character that makes Escape Goat such a clever game to play. It rewards your own ingenuity without resorting to simply giving you a new mechanic to work with.

If you have yet to partake in the escape of Argus with your magical mouse friend, I'd advise you to delay no longer. Developer Magical Time Bean's Escape Goat is a truly impressive achievement and a joyous game to play, who's biggest flaw is it ends so soon (though perhaps it's for the best, as it completely negates the chance for filler). Despite its dated look it manages to feel fresh and innovative the whole way through, and you'd be fool to do as I did and wait so long to give it a chance.
Posté le : 26 juin 2014
Cette évaluation vous a-t-elle été utile ? Oui Non